27 septembre 2018

SERPENT – LIBERTAIRE, Le travail mort l'emporte sur le travail vivant

« Nous avons vu dans la première partie de notre texte, que les pertes d’emplois dans la zone OCDE étaient amplement compensées par la mise en valeur des forces de travail des pays dits « émergents », nous avons expliqué dans un autre article récent la corrélation entre la dette du tiers monde et les délocalisations (« L’endettement international et l’échappatoire de la planche à billets », Echanges n° 144). Dans cette seconde partie il nous faut aborder la question que pose Claude Bitot dans son dernier livre en date, Repenser... [Lire la suite]
10 juin 2017

Gérard Charollois, l'élection et les candidats de la finance

"Nicolas Hulot, indique Gérard Charollois, risque de se sentir bien seul face aux forces d’argent qui préféreront toujours la spéculation lucrative aux exigences de la préservation du vivant. En 2017, l’épisode navrant de la vie politique auquel nous assistons ouvre toutefois une perspective tenant à la dissipation des impostures. Un faux Parti Socialiste, oublieux du peuple, et un pusillanime parti écologiste, oublieux de la nature et des animaux, sont défaits. La finance a réussi à imposer son champion de rechange programmé en cas... [Lire la suite]
22 octobre 2016

UPOP, contre la violence "l'élan vital des alliances harmonieuses"

"Tout d’abord, interroge André Lannes, que faut-il entendre par « civiliser » cette violence ? Bien sûr, ce n’est pas, la « dompter ». Ce serait plutôt, pour commencer, s’en protéger sans pour autant exercer en retour une violence démesurée. C’est ainsi qu’il faut souvent fuir pour avoir la possibilité d’y faire vraiment face. Tout ceci nous renvoie à la contribution de Franc Bardou lors notre dernier colloque. Dans sa section 3, intitulée « Violence et civilisation », il indique notamment... [Lire la suite]
27 avril 2015

Daniel Bensaïd ; la privatisation, une quadruple crise, sociale, écologique, démocratique, éthique...

 Pour Daniel Bensaïd, « l’heure est à la marchandisation et à la privatisation généralisée du monde. L’une ne va pas sans l’autre. Il ne s’agit pas seulement de la privatisation des industries et des services, mais aussi du vivant, du savoir, de l’eau, de l’air, de l’espace, du droit, de l’information, des solidarités. Cette Contre-Réforme libérale planétaire nourrit une quadruple crise : sociale, écologique, démocratique, éthique. Sociale : la concurrence de tous contre tous détruit les rapports de... [Lire la suite]