03 février 2016

Anselm Jappe, le surtravail donne la survaleur sous forme de profit

« Effectivement, déclare Anselm Jappe, on produit des marchandises dans le capitalisme seulement pour accumuler de la valeur. Le côté concret est subordonné à l’accumulation de temps de travail. Ce n’est que le temps de travail qui après une série de métamorphoses se représente finalement dans l’argent – et comme on sait, dans le capitalisme la seule chose qui importe, c’est l’argent. Transformer une somme initiale de 100 euros en 110 euros, puis en 120 euros etc., est le seul but réel de l’économie marchande; la satisfaction des... [Lire la suite]
02 février 2016

André Gorz, Jean-Marie Vincent, quelles activités doivent être considérées comme travail

17 | 2012 : Critique du travail « II y a plus, indique André Gorz. Si le temps de travail dans sa forme immédiate est relayé, comme source principale de la richesse, par des capacités humaines supérieures, quel est le statut du travail de production de capacités, du travail de « production de soi » ? Si on pousse la théorie de la valeur au bout de sa logique, on considérera qu’est travail (création de valeur) toute activité qui produit de la force de travail ou, ce qui revient au même, en... [Lire la suite]
27 janvier 2016

Cuba et Le Che, une pensée originale et hérétique

« Ce n’est pas la première fois, indique Isabelle Mejia qui traduit, que la société cubaine se trouve à un tel carrefour. Dans les années 1960, nous avons vécu de telles polémiques quoique dans un contexte différent : l’expérience du vrai socialisme en Europe de l’Est et en Union Soviétique avait alors une grande influence. A cette époque, une voix s’est jointe au débat. Une voix et un bras : chaque lettre écrite sur la feuille blanche était le résultat d’une profonde analyse de la théorie marxiste-léniniste et... [Lire la suite]
25 janvier 2016

Daniel Tanuro, Marx, capitalisme, nature, être humain

«Bref, indique Daniel Tanuro, les anticipations de l’évolution des relations humanité/nature sont nombreuses et remarquables dans l’œuvre de Marx, en particulier dans Le Capital. Il ne s’agit pas de fulgurances aléatoires mais de conclusions rigoureuses découlant chaque fois de l’analyse de la dynamique d’accumulation de valeur. De plus, Marx insiste sur le fait que sa critique de l’agriculture capitaliste est transposable mutatis mutandis à d’autres domaines d’activité générateurs de rente : l’eau, sa force motrice, les... [Lire la suite]
22 janvier 2016

John Milios, Marx, le capital, valeur appropriée par le capitaliste

« Marx a formulé puis développé la théorie du capital sur la base de son concept de valeur. Le capital, c’est de la valeur qui a été appropriée par les capitalistes. C’est précisément parce qu’il consiste en valeur que le capital se présente sous la forme d’argent et de marchandises. Mais les marchandises qui fonctionnent comme capital sont d’un genre bien particulier: moyens de production (capital constant) d’un côté, force de travail (capital variable), de l’autre. Le capitaliste apparaît sur le marché comme possesseur d’argent... [Lire la suite]
31 décembre 2015

Alain Bihr, la force de travail, "capital humain" !

« Désigner la force de travail comme un « capital humain », indique Alain Bihr, c'est laisser entendre aux travailleurs salariés que chacun d'eux posséderait en fait lui aussi, avec sa force de travail, un « capital » au sens d'un ensemble de ressources, en l'occurrence immatérielles bien qu'incorporées dans sa personne, qu'il lui appartiendrait de valoriser au mieux sur le marché du travail, de vendre au meilleur prix et dans les meilleures conditions, en veillant à en maintenir et même à en... [Lire la suite]
08 décembre 2015

Norbert Trenkle, travail et capitalisme, les faux pas de la gauche historique

« Le travail, c'est l'impensé de la gauche traditionnelle et de la gauche héritière de ce que l'on appelait dans les années 1970 la " nouvelle gauche " ou la " deuxième gauche ". C'est donc en revenant sur tous ces faux pas de la gauche historique et actuelle dans son ensemble (y compris de l'anarchisme) et du mouvement ouvrier, que Norbert Trenkle propose ici de repenser complètement une théorie critique du capitalisme, pour réarmer un mouvement social anticapitaliste. Car sortir du capitalisme, c'est déjà dès aujourd'hui sortir... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 06:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
07 décembre 2015

Ernst Lohoff, la profonde illusion du nationalisme économique

« Pour rester sur le terrain français, constate Ernst Lohoff, de Marine Le Pen et sa « préférence nationale », à François Bayrou et son « produire français », en passant par Arnaud Montebourg et sa posture sur la « réindustrialisation » et la « démondialisation », partout le nationalisme économique apparait comme une posture facile et une « solution » pour l'administration impossible de la crise de la valorisation. Et partout il constitue une profonde illusion, une limite pour ce qui serait de prendre le... [Lire la suite]
06 décembre 2015

Roswitha Scholz, "il y a donc un patriarcat de la forme valeur"

« Mon problème, c’est que je ne suis pas très d'accord avec le marxisme ouvrier. D’après mon interprétation de Marx, ce sont le travail abstrait, la valeur et la forme marchandise en tant que tels qui constituent le problème. Ça veut dire que le travail abstrait est remis en cause en et pour soi, y compris même en tant que fin en soi tautologique. Ma thèse est que les tâches ménagères et de reproduction sociale ne sont pas seulement dissociées de la valeur économique et du travail abstrait, mais en représentent en outre la... [Lire la suite]
06 décembre 2015

Clément Homs, le capital n'est pas le contraire du travail

« C’est toujours le travail abstrait, précise Clément Homs, (une des deux faces du travail) qui se métamorphose en différentes formes au cours du cycle du capital, passant du travail vivant à sa cristallisation dans la marchandise sous la forme-valeur, en passant ensuite sous la forme-argent quand cette marchandise sera vendue sur le marché, pour revenir ensuite sous la forme capital-argent en bout de chaîne et, pour être alors réinvestie dans un nouveau cycle de rotation du capital, en élargissant la base de travail vivant... [Lire la suite]