18 février 2018

Vincent Verschoore, la plus grande crainte des Israéliens

« Cela dit, indique Vincent Verschoore, Vladimir Poutine occupe de fait une place qu’il affectionne, celle d’arbitre. Il a les moyens de mettre à mal la stratégie anti-Hezbollah des israéliens en vendant aux Syriens (voire aux Iraniens) des missiles anti-aériens S-400 contre lesquels les F-16 israéliens ne pourraient pas grand chose. C’est certainement la plus grande crainte des Israéliens. D’un autre côté, la Russie n’a pas envie de voir la Syrie devenir un simple protectorat iranien, et veut limiter la présence iranienne dans... [Lire la suite]
17 février 2018

Les Clés du Moyen-Orient, Lukas Tsiptsios, la Légion d'Orient

« Avec la stabilisation de la Russie soviétique, indique Lukas Tsiptsios, la place de la Turquie dans les représentations de la politique extérieure française se retrouve changée. La Turquie acquiert une place d’Etat-tampon après l’expansion soviétique en Transcaucasie. Le traité de Sèvres devenu très vite caduc, le gouvernement cherche finalement à négocier avec les kémalistes, déjà à la conférence de Londres le 11 mars 1921, puis officiellement avec la signature du traité d’Ankara le 20 octobre 1921, mettant ainsi fin à la... [Lire la suite]
29 janvier 2018

François Molins, Que faire des djihadistes français capturés en Irak et en Syrie ?

« Parmi ces "revenants", indique François Molins, de nombreuses femmes, dont la participation aux attaques en Irak et en Syrie pose question. "On n'a pas de profil-type" les concernant, prévient François Molins. "Ça va de l’écervelée manipulée à la djihadiste convaincue." Un changement de doctrine notable, alors que la justice européenne a longtemps été plus clémente envers les femmes revenues de la zone irako-syrienne :"On a longtemps cru que les femmes étaient condamnées à des tâches ménagères en Syrie et on se rend... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 07:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
22 décembre 2017

Francis Dubois et Alexandre Lantier, le financement du terrorisme

« Les agissements de Lafarge en Syrie, indiquent les auteurs, soulignent le caractère politiquement illégitime de l‘état d‘urgence, dont la loi antiterroriste d'Emmanuel Macron a inscrit les dispositions dans le droit commun. Alors que l'impérialisme finançait les terroristes de Daech, il utilisait leurs crimes en Europe pour justifier la répression de l'opposition des travailleurs et des jeunes à la suppression des droits sociaux et démocratiques acquis au cours de plusieurs générations de lutte. Toute cette politique est... [Lire la suite]
19 décembre 2017

Trump, On le savait fou, dangereux, instable, capable du pire...

« S'attaquer à la Palestine, indique République sociale, donc aux différents mouvements qui composent la résistance palestinienne, correspond à une logique bien précise et plus générale. Une logique consistant à détruire toute opposition aux intérêts impérialistes. L'Irak de Saddam Hussein, a été le premier à en faire les frais, puis ce fut le tour de la Libye de Kadhafi. Mais la machine s'est enrayée en Syrie, où les plans américains ont été annihilés par l'association de la Syrie, de l'Iran, de la Russie, de la Chine, de l'Irak... [Lire la suite]
15 décembre 2017

Irina Dmitrieva, Trump, nous avons mis le communisme sur les genoux

« Washington, indique Irina Dmitrieva, a l’air de comprendre que sa prétendue victoire en Syrie n’est pas assez persuasive pour démontrer au monde entier que les États-Unis sont une grande puissance. Le Président américain Donald Trump a déclaré vendredi en Floride que les victoires dans les deux Guerres mondiales appartenaient aux États-Unis. «Nous sommes la nation qui a creusé le canal de Panama, gagné deux Guerres mondiales, envoyé l’homme sur la Lune et mis le communisme sur les genoux», a indiqué M.Trump cité par la chaîne... [Lire la suite]
09 décembre 2017

Halil Celik, souveraineté, indépendance, unité et intégrité territoriale de la République arabe syrienne

« Tandis, indique Halil Celik, que les gouvernements russes, iraniens et turcs tentaient de faire avancer leur « propre solution » à la guerre syrienne à Sotchi, une conférence d’opposition syrienne sponsorisée par l’Arabie saoudite a eu lieu le même jour à Riyad, en Arabie Saoudite. Elle a décidé de s’en tenir à la demande du retrait d’Assad du pouvoir comme condition préalable à toute solution politique. Environ 140 membres de l’opposition ont pris part à la conférence pour discuter de la formation d’une délégation unique et se... [Lire la suite]
23 novembre 2017

Francesco Merli, les migrants, une catastrophe naturelle ?

« Personne, précise Francesco Merli, ne sait réellement combien de migrants sont morts ou ont disparu, parce que personne n'a les moyens de contrôler ce qui se passe sur de grandes parties du territoire qui sont sous la mainmise de gangs criminels et de seigneurs de guerre. Pendant ce temps, les gouvernements européens jouent à se renvoyer la responsabilité, avec leur cynisme habituel. Ils versent des larmes de crocodile ; ils présentent cette tragédie comme une catastrophe naturelle dans laquelle ils ne sont en rien... [Lire la suite]
04 novembre 2017

Richard Labévière, pourquoi s'en prendre à l'Iran ?

« Toujours est-il, indique Richard Labévière, qu’en ce moment dans la région, le ton monte contre le Hezbollah qui avait infligé à l’armée israélienne une sérieuse déculottée durant l’été 2006. Tel-Aviv n’a toujours pas digéré cette humiliation politique et opérationnelle qui a fait voler en éclats le mythe de son invincibilité, ne cessant de répéter que l’heure de la revanche viendrait un jour ! A Beyrouth, les meilleurs analystes militaires craignent une nouvelle guerre déclenchée par Israël : « c’est toujours la même chose... [Lire la suite]
24 septembre 2017

Hervé Amiot, le Tigre et l'Euphrate, la gestion de l'eau

« Il n’existe pas, précise Hervé Amiot, de traités internationaux pour l’utilisation des rivières non navigables. Parmi le flou juridique, les Etats essaient de faire reconnaitre le statut international ou non-international du fleuve. La Turquie milite pour refuser le statut international au Tigre et à l’Euphrate. Il s’agirait pour elle de fleuves transfrontaliers, car ils ne forment jamais des frontières entre Etats. Les conséquences sont importantes : avec ce statut, la Turquie n’a alors pas à partager ses ressources... [Lire la suite]