08 mai 2018

Clément Homs, la société capitaliste suinte le politique

« De manière encore limitée au XVIIIe siècle, indique Clément Homs, et en s’imposant définitivement au XIXe siècle, le politique émerge radicalement et historiquement en une forme prise temporairement par les contradictions de la synthèse sociale capitaliste au niveau de la totalité. La socialisation moderne en fracturant l'ancienne forme de la synthèse sociale féodo-agraire totalisée par le rapport ecclesia médiéval (selon le mot du théoricien médiéviste Alain Guerreau), voit durant la phase de transition vers la forme de... [Lire la suite]
06 mars 2018

René Merle, Marx était d'un optimisme profond

« Marx, indique René Merle, était d'un optimisme profond devant la mondialisation capitaliste qu'il a décrite superbement ; il pensait que l'internationalisme prolétarien (c'est-à-dire la solidarité des prolétaires au-delà, par dessus le cadre national qu'il convenait impérativement de dépasser) serait à même de cueillir le fruit quand il serait mûr, c'est-à-dire quand la socialisation de la production serait pratiquement réalisée : alors les producteurs pourraient s'emparer de la gestion pour le plus grand profit non pas du... [Lire la suite]
25 août 2017

Camillo Berneri, Socialisme libertaire et Etat

« Entre l’État-Aujourd’hui et l’Anarchie-Demain, indique Camillo Berneri, il y aurait le semi-État. L’État qui meurt est « l’État en tant qu’État », c’est-à-dire l’État bourgeois. C’est dans ce sens qu’il faut prendre la phrase qui à première vue semble contredire la thèse de l’État socialiste. «Le premier acte dans lequel l’État apparaît réellement comme représentant de toute la société, - la prise de possession des moyens de production au nom de la société, - est en même temps son dernier acte propre en tant qu’État. » Prise à... [Lire la suite]
17 octobre 2016

Robert Bibeau, où conduit la boulimie d'emprunt-crédit-dette du système

« Toutefois, considère Robert Bibeau, nous acceptons l’aveu non sollicité du directeur du FMI à l’effet que sous le mode de production capitaliste les sociétés passent d’une crise à une autre, quelle qu’en soit l’apparence. La boulimie d’emprunt n’est pas réservée aux ménages ni au secteur privé – elle frappe également le secteur public étatique (États + entreprises gouvernementaux) démontrant ainsi que sous le mode de production capitaliste entreprises privées et corporations publiques leurs empreintes économiques sont... [Lire la suite]
09 février 2016

Benoît Borrits, comment aller vers une vraie démocratie ?

« Après avoir souligné que « nous ne sommes plus dans les années 1970 où nous étions face à un capitalisme patrimonial, familial, de production nationale, avec un pouvoir de décision unique et identifié », Annick Coupé sort d’un débat « plus technique que politique » (Jacques Rigaudiat) pour souligner l’enjeu des luttes sociales dans une perspective de transformation : « Plus les travailleurs/travailleuses seront autonomes dans le choix des buts et des moyens de leur travail, plus ils/elles peuvent... [Lire la suite]
06 décembre 2015

La propriété sociale contre l'économie de marché

« Une répartition égalitaire, nous dit le texte, dans la durée, des richesses produites implique l’expropriation des capitalistes et la réorganisation de l’économie (et de toute la société) sur la base d’un projet socialiste :   socialisation des moyens de production et de distribution des biens ;  autogestion des entreprises par ceux et celles qui y travaillent ;  planification autogérée de la production. La propriété sociale des grands moyens de production (usines) et de distribution (grands... [Lire la suite]
10 octobre 2015

Jean-Claude Michéa, la voie d'un socialisme coopératif et antiautoritaire

« On peut très bien, indique Jean-Claude Michéa, par exemple, accepter l’essentiel de la critique marxiste de la dynamique du capital (la loi de la valeur, le fétichisme de la marchandise, la baisse tendancielle du taux de profit, le développement du capital fictif etc.) sans pour autant souscrire – à l’instar d’un Lénine ou d’un Kautsky – à l’idéal d’une société reposant sur le seul principe de la grande industrie « socialisée » et, par conséquent, sur l’appel au développement illimité des... [Lire la suite]
11 août 2015

Pourquoi les "précaires" se tiennent-ils à distance de la politique ?

« Céline Braconnier, pour sa part, se penche ensuite sur le rapport des précaires aux  élections. Avec la jeunesse et l’absence de diplômes, la précarité demeure la variable la plus prédictive de l’abstention. Plus les individus subissent une situation de précarité, plus ils se tiennent à distance de la politique. La socialisation politique primaire semble déterminante. Les précaires qui ont subit des difficultés dès leur enfance n’ont pas bénéficié d’une importance socialisation politique. L’absence de discussions sur... [Lire la suite]
26 mars 2015

Claude Gabriel : rupture systémique, une trajectoire plutôt qu'un schéma dogmatique

Claude Gabriel interroge : « Et donc le marché dans tout cela ? Expropriation des patrons ? Socialisation des moyens de production ? Voilà que même les plus « radicaux » se mettent à proférer des attentions particulières envers les artisans et les petites entreprises. Serait-ce parce que le marché résisterait longtemps au coup de boutoir de la révolution !? » Et commence à répondre : « Il est donc préférable de trouver quelques formules générales qui indiquent une trajectoire... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 01:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,