16 août 2018

Scarlett HADDAD , la politique iranienne dans la région marque des points

« Tout ce qui se dit sur un mécontentement populaire, indique Scarlett Haddad, serait ainsi amplifié par les médias occidentaux ou hostiles à l’Iran, dans le but justement de provoquer une panique populaire. Mais les Iraniens ont dépassé ce stade depuis le temps qu’ils vivent sous les sanctions. De plus, le système politique iranien est basé sur des élections « démocratiques ». « Chaque année, il y a un scrutin. Comment pourrait-on renverser un régime élu dans lequel 12 ethnies cohabitent en harmonie ? » se... [Lire la suite]
11 décembre 2017

Corse, Jérémie Lamothe, les raisons du choix majoritaire de l'abstention

« Le choix, indique Jérémie Lamothe, était d’ailleurs plus restreint que d’habitude avec sept listes présentes au premier tour dimanche contre 12 en 2015 et 11 en 2010. Il n’y avait ainsi qu’une liste de gauche sous l’étiquette du Parti communiste et de La France insoumise. Pour André Fazi, « l’absence de la gauche à ce scrutin est révélatrice et a participé à cette abstention ». Selon lui, « les électeurs de l’opposition ont reçu un coup de bambou après les élections... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
15 juin 2017

Ali Benflis, Algérie, élections, comment le peuple a-t-il gagné ?

 "Le président de Talaie El Houriat, Ali Benflis, ne s’arrête pas là, à ce stade de l’analyse. «Le parti (FLN, ndlr) arrivé en tête du scrutin n’a recueilli que 7% de l’électorat. Le parti arrivé en deuxième position (RND) n’a obtenu quant à lui que 4% de l’électorat», a soutenu le conférencier en soulignant qu’«à elles deux, ces deux formations totalisent un peu plus de 11% du corps électoral».«Pourtant, avertit-il, ce sont elles qui gouverneront, qui feront les lois et prétendront parler et agir au nom du peuple algérien dont... [Lire la suite]
10 mars 2017

Bruno Guigue, Présidentielle, le cheval de cirque ou le cheval de course !

« Ce dispositif institutionnel, rappelle Bruno Guigue, taillé sur mesure pour le général de Gaulle fonctionne désormais à rebours de son projet initial. Destiné à souder la nation autour d’un chef élu par le peuple, il dépossède ce dernier en dévitalisant le débat démocratique. Emmanuel Macron est à la fois le théoricien et le bénéficiaire de cette politique de la terre brûlée qui évacue scrupuleusement la politique (au sens noble du terme) du débat électoral. Complètement artificielle, calquée sur les tempos instantanés et les... [Lire la suite]
25 septembre 2015

Démocratie, par qui es-tu accaparée, et donc niée ?

« En 2005, nous Habib, lors du referendum organisé dans l'hexagone, une majorité d'électeurs a opté en faveur du NON à la constitution européenne en toute démocratie. Néanmoins, en 2008 par un étrange consensus entre formations politiques supposées en opposition, le congrès se proclama au-dessus de la souveraineté populaire, en annulant le résultat référendaire et en adoptant la constitution européenne par une modification constitutionnelle. C'est simple la démocratie, encore fallait il y penser. Dans ces conditions, on admet... [Lire la suite]