03 septembre 2018

Samir Amin, l’intervention lucide et organisée du front internationaliste des travailleurs et des peuples

« La première de ces voies, indique Samir Amin, est celle de la « décadence de la civilisation ». Elle implique que les évolutions ne sont maîtrisées par personne, se creusent leur chemin par la seule « force des choses ». A notre époque, compte tenu de la puissance de destruction à la disposition des pouvoirs (destructions écologiques et militaires) le risque, dénoncé par Marx en son temps, que les combats détruisent tous les camps qui s’y affrontent, est réel. La seconde voie par contre exige l’intervention... [Lire la suite]
19 août 2018

Samir AMIN, Par le Parti de la démondialisation

Le 18 août 2018 C’est avec émotion que nous avons appris le décès de Samir Amin il y a quelques jours. Ce militant anticapitaliste  infatigable, économiste marxiste, était engagé aux côtés du Tiers Monde. Nous l’avions reçu en 2011 lors de l’Université du M’PEP (qui se transformera en 2016 en parti politique et donnera naissance au Parti de la démondialisation).   Nous vous proposons de l’écouter : ses propos éclairent la situation internationale et nous donnent à réfléchir et à agir.   Samir AMIN, directeur du Forum... [Lire la suite]
19 août 2018

Samir Amin, la Chine, une voie révolutionnaire nouvelle

« La Chine, indiquait Samir Amin, a constitué la masse démographique la plus importante organisée en société dans un Etat en avance sur les autres. Elle se tenait au premier rang pour la diversité et la qualité de ses produits et l’efficacité dans leur production. Elle avait inventé quelques-uns des éléments fondamentaux pour une avancée dans la modernisation du monde : la laïcité, la gestion des services publics par la méritocratie. De ce fait elle constituait pour les Monarchies absolues européennes du 18 ième siècle le... [Lire la suite]
14 août 2018

Le manifeste communiste, 170 ans plus tard par Samir Amin

Samedi 10 mars 2018, par  Samir Amin 1. Aucun texte écrit au milieu du XIX è siècle n’a tenu la route jusqu’aujourd’hui aussi bien que le Manifeste Communiste de 1848. Lues aujourd’hui des phrases entières du texte répondent à la réalité contemporaine mieux encore qu’en 1848. A partir de prémices encore à peine visibles à l’époque, Marx et Engels tiraient des conclusions que le déploiement de 170 ans d’histoire allait pleinement conforter. J’en donnerai dans cet article plus loin des exemples fulgurants. ... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
14 août 2018

Jean-Marie Harribey, hommage à Samir Amin

« Loin de conclure, indique Jean-Marie Harribey, comme Emmanuel, à l’impossibilité éternelle de développement des pays du tiers-monde, Samir Amin insistait sur le développement inégal qui résultait de la logique même de l’accumulation capitaliste. En d’autres termes, il s’agissait de l’action réelle, concrète, de la loi de la valeur mise au jour par Marx. La suite lui donna raison : la grande restructuration capitaliste mondiale des années 1970-80 n’empêcha pas, au contraire, le décollage des pays désormais nommés... [Lire la suite]
17 mars 2018

Samir Amin, Le Manifeste communiste et le capitalisme

« Marx et Engels, indique Samir Amin, au contraire, suggèrent fortement – dès l’époque du Manifeste – que le capitalisme ne constitue qu’une brève parenthèse dans l’histoire de l’humanité. Pourtant le mode de production capitaliste n’avait alors guère dépassé les frontières de l’Angleterre, de la Belgique et d’une petite région du nord de la France et de l’ouest de la Westphalie prussienne. Ailleurs dans toute l’Europe rien de comparable. Néanmoins Marx imaginait déjà que se produiraient rapidement des révolutions socialistes.... [Lire la suite]
09 janvier 2017

Samir Amin, la crise ou la remise en cause des fondements du capitalisme

«Dans cet esprit, considère Samir Amin, la « crise de l’énergie » n’est pas le produit de la raréfaction de certaines des ressources nécessaires à sa production (le pétrole bien entendu), ni davantage le produit des effets destructeurs des formes énergétivores de production et de consommation en vigueur. Cette description – correcte – ne va pas au-delà des évidences banales et immédiates. Cette crise est le produit de la volonté des oligopoles de l’impérialisme collectif de s’assurer le monopole de l’accès aux ressources naturelles de... [Lire la suite]