17 mai 2017

Alexandre Lantier, Merkel de Macron: "Je lui fais pleine confiance"

"Il a commencé, nous dit Alexandre Lantier, sa conférence de presse avec Merkel à Berlin en insistant que cette politique ne lui était pas dictée par Berlin ou par l'Union européenne (UE), mais était voulue par son gouvernement. « L'agenda français sera un agenda de réforme dans les prochains mois, non pas parce que l'Europe le demande, mais parce que la France en a besoin », a-t-il dit. Il a proposé une étroite collaboration avec Berlin, pour « ensemble travailler à une feuille de route commune pour l'Union Européenne et la zone... [Lire la suite]
17 décembre 2016

Véronique Decker, Ecole, l'émancipation collective

« Émancipation. L’objectif de l’école, c’est l’émancipation, indique Véronique Decker, c’est à dire la promesse faite à chaque enfant qu’il pourra rencontrer des gens qu’il n’aurait pas rencontrés avec sa famille, qu’il pourra visiter des lieux dans lesquels il ne serait jamais allé, qu’il pourra découvrir des histoires, des livres, des techniques, des disciplines, des sports dont il n’a encore jamais entendu parler. Chaque fois qu’on remplace l’émancipation collective par la réussite personnelle, on se trompe de chemin... »... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 00:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
03 octobre 2016

Julie Rambal, ceux qui doutent de leur labeur

"Le profil de nos clients?, interroge Julie Rambal. Très diplômés, 28-40 ans, en poste, avec un parcours bien noté selon les critères de la réussite sociale, mais qui ne se retrouvent plus dans leur travail. Tous rêvent de contribuer à quelque chose d’utile», décrit Clara Delétraz, cofondatrice. Au programme pour nourrir sa quête de sens: conférences philosophiques… et test ayurvédique. «Le changement passe aussi par le corps. Pour se reconnecter à leurs intuitions, on les fait travailler sur leur profil ayurvédique. Après la... [Lire la suite]
20 juillet 2016

Saïd Bouamama, comment et pourquoi construit-on les "djihadistes" ?

« L’essentialisation, l’injonction et la négation conduisent enfin à éluder tous les débats sur les réels buts de guerres, constate Saïd Bouamama. Les enjeux pétro-gaziers et géostratégiques disparaissent entièrement du débat pour ne laisser place qu’à l’urgence d’un consensus « anti-barbare ». Il faut le dire, l’opération est pour l’instant une réussite : les interventions en Syrie, en Côte d’Ivoire et en Centre-Afrique ne suscitent pour l’instant pas de grandes réactions. En mettant l’ensemble des acteurs sociaux... [Lire la suite]