12 août 2017

Bill Van Auken, Trump, déclencher « un feu et une fureur » à partir de la Corée

« Ce qui entraîne, considère Bill Van Auken, la menace d’une guerre mondiale nucléaire est la crise grandissante du capitalisme américain et mondial qui trouve ses origines dans la contradiction insoluble entre l’économie mondiale et la division du monde en États-nations concurrents. Cependant, la même crise du système de profit crée à la fois les conditions objectives et la nécessité politique pour la classe ouvrière de lutter pour sa propre solution révolutionnaire, par la construction d’un mouvement international contre la... [Lire la suite]
14 juin 2017

L'abstention contre la division de la société entre dominants et dominés

"Etienne de la Boétie, indique le texte, nous l’avait déjà dit au XVIème siècle dans son “Traité de la servitude volontaire” où il disait déjà, il y a plus de 400 ans, de retirer notre consentement au système (monarchique à l’époque, aristocratique républicain aujourd’hui, c’est du kif…) et de le voir s’effondrer de lui-même et sur lui-même, faute de participants. Il est grand temps de comprendre et d’utiliser à notre profit, c’est à dire au profit de l’intérêt commun de toutes et tous, le fait que la clique oligarque a... [Lire la suite]
04 mai 2017

Jean-Pierre Page, présidentielles, l'unique objectif, mettre à bas un système inhumain

"Il est donc faux, nous dit Jean-Pierre Page, de prétendre comme le font les médias serviles et les politiciens que l’enjeu des élections présidentielles se réduirait dorénavant entre démocratie libérale ou aventure fascisante, entre mondialisme ou chauvinisme, entre tolérance ou intolérance. En fait les deux candidats n’entendent nullement remettre en cause le système existant et encore moins critiquer ses tares ou ses alliances. Pour eux le capitalisme demeure l’horizon indépassable, la recherche du profit par la domination et... [Lire la suite]
31 janvier 2017

Nick Beams, la logique objective du système capitaliste

« Les auteurs, nous dit Nick Beams, évitent toute condamnation du système de profit en soi. Néanmoins, les informations fournies dans leur rapport constituent un verdict sans appel du capitalisme. Au cours des 20 prochaines années, quelque 500 personnes remettront à leurs héritiers plus de 2,1 mille milliards de dollars, un montant supérieur au produit intérieur brut de l'Inde, un pays de 1,3 milliards de personnes.Oxfam cite des recherches récentes, dont celles de l'économiste Thomas Piketty, selon lesquelles aux... [Lire la suite]
14 janvier 2017

Confédération Nationale du Travail, le capitalisme est profondément sexiste

« Preuve s’il en est, indique le communiqué, que le capitalisme est profondément sexiste, car c’est un système qui se base sur l’oppression de groupes désignés arbitrairement par lui comme étant les maillons faibles qui grippent sa vision d’une société organisée sur l’unique course au profit. Le capitalisme se fonde sur la logique du bouc émissaire, de l’exclusion : sexisme donc, mais aussi racisme, haine du prolétaire, stigmatisation des personnes privées d’emploi, âgées, malades et/ ou handicapées, comme... [Lire la suite]
10 novembre 2016

Denis Collin, migrants, ce qui doit être dénoncé

«Ce qui doit dénoncé, conclut Denis Collin, c'est la politique des pouvoirs publics qui refusent de donner à ces problèmes les solutions juridiques et humanitaires qui conviennent et laissent pourrir la situation ouvrant la voie à toutes les exploitations politiciennes les plus malhonnêtes. Comme aucun État européen ne voudrait assumer le coût politique et moral d’une politique de répression tous azimuts, par exemple en renvoyant les migrants en Libye ou en les faisant périr en mer (le bombardement des bateaux de réfugiés a tout de... [Lire la suite]
06 août 2016

Robert Charvin, la culture du compromis n'est pas celle des puissants

« Ce sont les puissances occidentales, indique Robert Charvin, c’est-à-dire les États qui ont le moins à craindre pour leur sécurité et leur développement en raison de leur force, qui donnent ce « ton » délétère aux relations internationales. C’est précisément parce qu’ils ont à leur disposition des moyens (en argent et en armes) supérieurs aux autres qu’ils récusent la négociation ou violent ses conclusions. La culture du compromis n’est pas celle des puissants, car même la violence armée depuis des siècles leur est... [Lire la suite]
26 juin 2016

Jean-Claude Guillebaud, " Le mort a bien saisi le vif "

« La même remarque, conclut Jean-Claude Guillebaud, s'impose au sujet de ce j'appelle la persévérance diabolique. Dans l'ancienne langue de bois marxiste, on répétait que si les économies des pays communistes ne fonctionnaient pas, c'était parce qu'elles n'étaient "pas assez" communistes. Slogan identique aujourd'hui : les défaillances, les injustices et les cafouillages des économies libérales s'expliqueraient parce que ces dernières ne seraient  "pas assez" privatisées et déréglementées, etc. Même ritournelle idéologique.... [Lire la suite]
16 mai 2016

L'austérité sans fin...jusqu'à la fin du capitalisme ?

« Cette austérité sans fin, nous dit Nick Beams, n'est pas un développement «naturel». Elle est le résultat de la logique implacable du système de profit qui, de par son fonctionnement même, produit de fabuleuses richesses à un pôle et la pauvreté et la misère à l'autre. Cet état de fait ne peut être rompu par le biais d'appels à des «réformes», car il est ancré dans les fondements mêmes de l'économie capitaliste, mais seulement par «l'expropriation des expropriateurs», comme Marx soutenait – c'est-à-dire l'abolition de la... [Lire la suite]
28 avril 2016

Marx, force de travail et plus-value

« En achetant la force de travail de l'ouvrier, nous dit Marx, et en la payant à sa valeur, le capitaliste, comme tout autre acheteur, a acquis le droit de consommer la marchandise qu'il a achetée ou d'en user. On consomme la force de travail d'un homme ou on l'utilise en le faisant travailler, tout comme on consomme une machine ou on l'utilise en la faisant fonctionner. Par l'achat de la valeur journalière ou hebdomadaire de la force de travail de l'ouvrier, le capitaliste a donc acquis le droit de se servir de cette force, de... [Lire la suite]