15 janvier 2018

ALEXANDRE LOUKIL, les décès de la pollution atmosphérique

« Si, nous dit Alexandre Loukil,  l’air était moins pollué, 34.000 décès pourraient être évités chaque année, avec un gain moyen de 9 mois d’espérance de vie. Il suffirait pour cela que l’ensemble des communes réussisse à atteindre les niveaux de PM2.5 observés dans les 5 % des communes les moins polluées. L’institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) avait organisé un colloque en 2014 pour fêter ses 50 ans. A cette occasion, son directeur de recherche en épidémiologie, Rémy Slama, avait alors affirmé... [Lire la suite]