30 juillet 2017

C.L.R. James, des réflexions pour un marxisme critique

"C.L.R. James, indique l'évocation, apparaît surtout comme un penseur du « mouvement des masses ». Il insiste sur « un automouvement "par le bas" qui, dans ses phases d’épanouissement, est toujours mouvement révolutionnaire », souligne Mathieu Renault. C.L.R. James se penche sur l’histoire des grands épisodes révolutionnaires (Révolution française, révolution anglaise, révolution soviétique). Il insiste sur la lutte des classes qui donne à l’histoire son mouvement et son sens. Il se distingue du bavardage postmoderne... [Lire la suite]
07 janvier 2017

Chomsky est-il un grand oublié de l'éducation au Québec ?

« Plusieurs philosophes et scientifiques ont participé, indique le texte, comme mentionné plus haut, à la révolution cognitive des années 1950 : nous invoquons ici Chomsky pour quelques raisons parfois évidentes, parfois plus méconnues. D’abord, sa réputation de linguiste et de penseur n’est plus à faire dans le monde académique : il a été, de 1980 à 1992, l’universitaire vivant le plus cité dans le monde, et classé en 2007 comme le 8e auteur le plus cité de l’histoire de l’humanité juste derrière Marx, Lénine,... [Lire la suite]
03 janvier 2017

Florian Gulli, Nicos Poulantzas et l'Etat

Florian Gulli, Nicos Poulantzas et l'Etat « Il est d’abord connu pour être l’un des principaux théoriciens de l’État au XXe siècle, nous dit Florian Gulli. Il est, avec Gramsci, celui qui a mené le marxisme le plus loin dans cette direction. « Il s’agit aujourd’hui de reprendre le fil des débats marxistes concernant la nature de l’État capitaliste, débats dont les thèses de Poulantzas étaient l’un des pôles organisateurs. » Bien sûr, l’État néolibéral d’aujourd’hui est bien différent de celui des années 1970, mais... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
09 octobre 2015

Khayr al-Din, une genèse islamique du parlementarisme

« Après son premier échec auprès du sultan, nous indique Ines Aït Mokhtar, alors qu’il est encore au service du Bey de Tunis, Khayr al-Din connaît une période de retrait de la vie politique, de 1864 à 1869. Ces années seront pour lui celles d’une intense création intellectuelle puisqu’elles donneront le jour à un traité sur le gouvernement resté célèbre. Cet ouvrage est publié pour la première fois à Tunis en 1867, sous le titre arabe Aqwam al-masalik fi ma‘rifat ahwal al-mamalik (La plus sûre direction pour connaître l’état des... [Lire la suite]