28 août 2018

Les mécanismes de domination dans et par le travail

« On peut résumer le travail moderne, indiquent les auteurs, tel qu’il résulte de 30 ans de méthodes de management, comme l’individualisation systématique de la gestion des salariés. En France, elle a commencé dès 1973-74, comme la réponse du patronat à ce que le discours dominant a nommé par euphémisme les « événements » de mai 1968, pour masquer que ce fut, au-delà d’une révolte étudiante, la plus grande grève générale sauvage de l’histoire sociale en France. Sauvage, car lancée indépendamment de tous les appareils... [Lire la suite]
01 mai 2018

Thomas Guénolé, Mai 2018, pour entrer dans l'histoire

« A contrario, indique Thomas Guénolé, ce qui force invariablement un gouvernement à capituler, c’est le blocage de l’économie du pays. Car un gouvernement ne peut absolument pas endurer plus d’un mois ou deux de grande paralysie économique. À cela deux raisons. D’une part, il voit rapidement l’opinion publique le juger coupable du blocage, ce qui fait s’effondrer sa cote de confiance et sa cote de popularité, comme par exemple en 1995. D’autre part, le blocage de l’économie pousse le patronat à faire pression sur lui, pour qu’il... [Lire la suite]
23 janvier 2018

Stéphane Sirot, démocratie sociale, dialogue social

« La dynamisation, indique Stéphane Sirot, de la négociation collective, sa décentralisation (la loi Travail de 2016 par exemple privilégie l’accord d’entreprise) ainsi que l’hégémonie des accords « donnant-donnant » à l’équilibre précaire sur fond d’opportunités dérogatoires sont de nature à rétrécir l’espace des droits des salariés. Ce modèle favorise l’apprentissage d’un partage du pouvoir par le patronat et l’initiation aux contraintes économiques pour les syndicats. Elles sont donc propices à un rapprochement des... [Lire la suite]
27 décembre 2017

Léonie Piscator, Macron, un durcissement en matière d’immigration.

« Une situation, indique Léonie Piscator, que dénoncent nombre d’associations d’aide aux migrants. Mais ce que les organisations humanitaires rappellent peu, c’est le rôle par ailleurs central que joue la France pour semer le chaos dans les régions d’où fuient les migrants. L’État impérialiste et le patronat français sont en première ligne des responsables des conflits et de la misère généralisée, en particulier dans leur pré-carré en Afrique, mais aussi au Moyen-Orient. Et c’est ce même État français donneur d’ordre qui réprime... [Lire la suite]
17 octobre 2017

Pascal Brula, exploitation capitaliste et fascisme

« Cette liaison, indique Pascal Brula, entre la grande bourgeoisie capitaliste et le fascisme n’est pas nouvelle. Elle s’était déjà exprimée fortement avec le nazisme entre les deux guerres mondiales en Europe, symbolisée par ce fameux cri libérateur du patronat français « plutôt Hitler que le Front populaire » ; n’oublions pas non plus que la famille Bush a fait sa fortune en Europe grâce au régime nazi et qu’à la Libération, l’impérialisme américain a sauvé la peau à de nombreux criminels de guerre nazis. Ce qui... [Lire la suite]
07 octobre 2017

Zones subversives, la gauche est en ruine...

« La gauche est en ruine, indique l'article. Après un règne de 5 ans, le Parti socialiste semble atomisé. La gauche au pouvoir a conduit le pays vers la faillite uniquement pour se mettre au service du patronat. La Loi travail incarne ce projet. L’état d’urgence s’accompagne d’une politique raciste et sécuritaire. Rien n’est à sauver, tout est à détruire dans cette gauche.La revue Mouvements dresse un état des lieux de cette gauche en ruine dans son numéro 89 : La gauche est morte, vive la gauche ! La revue adopte le... [Lire la suite]
01 octobre 2017

Michel Etievent, mon attachement à Ambroise Croizat

« Outre la volonté de conter son bilan, précise Michel Etievent, une autre raison m’a poussé vers ce militant. Je ne supportais plus que l’on omette  son nom dans les livres d’histoire. Ambroise Croizat ne figurait dans aucun dictionnaire avant l’été 2011, où à force de lutte nous l’avons fait entrer. Rappelez-vous la commémoration du 50èmeanniversaire de la Sécu en 1995 : son nom ne fut même pas cité !  Et pourtant, c’est lui qui l’a  bâtie ! Avec le peuple de France, fort d’un... [Lire la suite]
06 septembre 2017

Didier Gelot, Dis-moi qui te soutient !

«  A l’inverse de ce que déclarent ces économistes libéraux, et avec eux le gouvernement, ce dont souffre la démocratie sociale en entreprise ce n’est pas de la « médiocre représentativité des acteurs » mais plutôt d’un déficit de droits des salariés face à un patronat qui a toujours refusé le fait syndical. Pour s’en convaincre il suffit de rappeler qu’en Allemagne les comités d’entreprises (qui peuvent s’implanter à partir de 5 salariés) jouissent de pouvoirs étendus, allant jusqu’au droit de veto dans certains... [Lire la suite]
23 août 2017

POI, Informations Ouvrières, un gouvernement aux ordres du patronat

« Les travailleurs, nous dit l'article, qui, dans l’unité de leurs organisations, ont combattu la loi El Khomri sont parfaitement lucides sur les intentions d’un gouvernement aux ordres du patronat, ils savent que de grands affrontements, classe contre classe, capital contre travail, s’annoncent et que, dans cette guerre déclarée, la classe ouvrière et ses organisations sont capables de construire une force infiniment plus puissante que celle déjà fragilisée, regroupée autour d’un... [Lire la suite]
29 juin 2017

Lutte Ouvrière, Macron veut agir vite et frapper

« Macron, nous dit l'éditorial, veut agir vite et profiter des congés d’été pour frapper. Mais au-delà de ce calcul, il veut surtout donner des gages à la bourgeoisie. Il veut lui montrer que s’il a été un bon illusionniste, capable de se faire élire, il sera aussi un de ses hommes forts, capable d’imposer des sacrifices aux travailleurs sans déclencher trop de vagues.La crise économique rend le patronat plus rapace et le gouvernement à son service plus arrogant. Si nous ne voulons pas que nos salaires, nos conditions de travail,... [Lire la suite]