17 février 2018

Roger Martelli, que reste-t-il de l'Octobre russe ?

« La tradition trotskiste, indique Roger Martelli, ajoutera l'idée que la "contre-révolution stalinienne" marque la prise de pouvoir d'un groupe social, la bureaucratie, qui se substitue au prolétariat théoriquement maître du système. C'est en fait anticiper sur la suite. Le stalinisme est d'abord une phase de destruction brutale de l'ancien monde, sans que se stabilise un nouvel ordre d'organisateur de la société. C'est par la suite, dans le stalinisme vieillissant et plus encore dans le post-stalinisme que s'impose le pouvoir... [Lire la suite]
30 août 2016

Jean-Pierre Lefebvre, comment sortir du capitalisme ?

« L’URSS stalinienne, constate Jean-Pierre Lefebvre, n’était pas une forme de socialisme : la propriété était étatique, fonctionnarisée, celle d’une caste auto-reproduite, la nomenklatura, (réincarnation des boyards) qui, en fin d’URSS, s’est naturellement  attribuée la propriété directe, personnalisée, capitaliste, des moyens de production étatisés, déjà propriété collective de la bureaucratie. La seule forme de socialisme conforme à son essence théorique et pratique, c’est l’autogestion qui garantit  - dans la... [Lire la suite]
26 juin 2016

Jean-Claude Guillebaud, " Le mort a bien saisi le vif "

« La même remarque, conclut Jean-Claude Guillebaud, s'impose au sujet de ce j'appelle la persévérance diabolique. Dans l'ancienne langue de bois marxiste, on répétait que si les économies des pays communistes ne fonctionnaient pas, c'était parce qu'elles n'étaient "pas assez" communistes. Slogan identique aujourd'hui : les défaillances, les injustices et les cafouillages des économies libérales s'expliqueraient parce que ces dernières ne seraient  "pas assez" privatisées et déréglementées, etc. Même ritournelle idéologique.... [Lire la suite]