29 août 2016

Marx, du travail productif au travail immatériel

" Pour Negri, indique le texte, les Grundrisse représentent « une extraordinaire anticipation théorique de la société capitaliste développée », où Marx nous raconte que « le développement capitaliste conduit à une société dans laquelle le travail des ouvriers industriels (dans la mesure où c’est un travail immédiat) est à présent un élément seulement secondaire dans l’organisation du capitalisme ». Lorsque le capitalisme a subsumé la société, « le travail productif devient du travail intellectuel, coopératif,... [Lire la suite]
29 mars 2016

Eric Alliez, Antonio Negri, Spinoza au-delà de Marx

« Le livre de Antonio Negri, précise Eric Alliez, est ordonné à cette révolution : la découverte d’un fondement ontologique qui s’identifie avec l’affirmation de la plénitude de l’être productif contre toute médiation transcendantale, contre tout dualisme reproduisant la césure sujet/objet. De la production comme ontologie constitutive. Car l’anomalie sauvage, c’est aussi le paradoxe d’une pensée « naturaliste » qui n’envisage plus le monde comme nature (première) mais comme production (sociale).... [Lire la suite]
10 mars 2016

Pierre Bance, Badiou-Gauchet, débat pour un autre futur

« Quid de l’organisation ? « Attention, avertit Badiou, je ne plaide pas pour l’organisation anarchiste » . Qu’est-ce que l’organisation anarchiste ? Il y a des différences entre synthésistes, communistes libertaires, communalistes, anarcho-syndicalistes, individualistes. Quelle organisation propose donc Badiou ? Il va répétant que le parti, tels les partis communistes du 20e siècle, sont une structure non seulement dépassée mais dangereuse pour la révolution puisqu’ils se l’approprient. Il ne nous... [Lire la suite]
29 février 2016

Daniel Bensaïd, John Holloway, la révolution ou le refus d'engendrer la société

« Le problème n’est pas de détruire cette société, mais d’arrêter de la créer», indique Daniel Bensaïd. Si nous cessions de la produire, elle « cesserait d’exister » . Il faut donc concevoir la révolution, non comme la destruction du capital, mais comme le refus de l’engendrer. C’est ce que résume le mot d’ordre jailli en 2001 en Argentine : « Que se vayan todos ! » (« Virons-les tous ! »). Et c’est ce qu’illustrent les soulèvements de décembre 2001 en Argentine, d’octobre 2003 en... [Lire la suite]
26 février 2016

Michael Hardt et Antonio Negri, critique du capitalisme contemporain

« Apparemment, indique Stéphane Haber, il ne faut plus craindre le reproche traditionnel d’économicisme. Le point de départ de Commonwealth, ce sera donc la pauvreté et la misère (plutôt que la guerre ou la perte de sens, comme dans les deux ouvrages antérieurs); de même, l’interlocuteur principal du livre, ce sera Marx (plutôt que Foucault ou Deleuze). Très clairement, la philosophie sociale des auteurs trouve désormais son centre de gravité dans une critique du capitalisme contemporain d’inspiration... [Lire la suite]