26 août 2018

Raphaël Granvaud, l'Afrique est-elle toujours la poule aux œufs d'or ?

« Le maintien de l’armée française en Afrique, indique Raphaël Granvaud, avait des motivations proprement militaires, dans le cadre des stratégies liées à la guerre froide. Mais il s’agissait surtout de perpétuer une politique de domination politique et économique. C’était d’autant plus facile de déstabiliser ou se débarrasser de ceux qui s’y opposaient que c’est la France qui a formé les armées des pays nouvellement indépendants. Au plan politique, cette domination conférait à la France, à l’ONU notamment, le statut d’une grande... [Lire la suite]
26 octobre 2017

André Gerin, aucun espace ne doit être consenti à l'extrême droite

« Quand allons-nous enfin, interroge André Gérin, analyser la signification de l’abstention ? C’est une question de fond, un travail prioritaire à réaliser pour comprendre les motivations, les raisons de cette grève des urnes de millions d’hommes et de femmes pour lesquels le vote communiste n’est plus fédérateur. La progression du vote Front National, dans les différents scrutins, doit également nous interpeler. Pourquoi d’anciens électeurs communistes se sont-ils retournés vers le vote d’extrême droite ?  Qui... [Lire la suite]
02 juillet 2017

Mathieu Guidère, Moyen-Orient, les motivations des puissances occidentales

« Les interventions militaires occidentales dans les pays arabes et musulmans ont montré leurs limites. Après plus de quinze ans de guerre (depuis 2001), outre le fait qu’elles n’ont pas permis de juguler le terrorisme, elles ont aggravé la situation des pays concernés. Le fait que certaines d’entre elles ont semé le chaos, en Irak et en Libye notamment, a conduit à une remise en question sérieuse de ces interventions et à un questionnement légitime quant à leurs motivations réelles (croisade, ingérence, pillage voire complot).... [Lire la suite]
27 janvier 2017

Jean-Pierre Chevènement, la Fondation pour l'Islam de France

« La laïcité, pense Jean-Pierre Chevènement, est souvent mal comprise. Elle découle de la «liberté d’opinions, y compris religieuses» qui a été proclamée en France, en 1789, par la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen. La France a hésité jusqu’en 1906 pour trouver la bonne formule : la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Auparavant, il y avait eu la tentation d’une religion civile sous la Révolution, puis ensuite avec Bonaparte, le Concordat de 1801 qui mettait l’Eglise en tutelle. Les républicains français ont... [Lire la suite]