10 juillet 2018

Arturo Rodríguez, la critique des idées de Mouffe et de Laclau.

« Marx a prouvé, indique Arturo Rodriguez, que le développement des forces productives est le moteur de l’histoire. Il détermine – à travers de grandes crises et des révolutions – la succession de systèmes sociaux toujours plus complexes. Ce processus n’est pas linéaire : il est marqué par des conflits et des ruptures brutales, car les changements profonds sont le fruit d’une lutte constante entre les facteurs nouveaux (qui se renforcent) et les anciens (qui dépérissent). Laclau et Mouffe rejettent tout cela. Ils... [Lire la suite]
22 mai 2018

Henri Barbusse, le vrai moteur du fascisme

"Qu’est-ce exactement que le fascisme ? La création et l’évolution du fascisme résultent de l’état de malaise et d’incertitude, des difficultés grandissantes de la vie, des menaces économiques et autres, qui surgissent de toutes parts, en un mot de la situa­tion précaire où se débattent actuellement dans presque tous les pays toutes les couches moyennes de la population.Le vrai moteur du fascisme, ce sont les pouvoirs d’argent, qui ont su et qui ont pu, grâce aux moyens gigantesques de publicité, de propagande et d’action dont... [Lire la suite]
25 mars 2017

Camille Loty Malebranche, l'homme génère civilisations et sociétés

« La réalité humaine, indique Camille Loty Malebranche, est la grande événementialité spatio-temporelle de cette espèce en marche qui fait l’histoire et ne se contente pas d’y appartenir par fatalité existentielle. Tous les êtres matériels ne sont que des patients de l’histoire. L’univers entier est, selon ce que nous en savons, un grand mû du temps où il évolue, naît et meurt en se renouvelant sans cesse. Face à ce patient inconscient, l’homme est lui, dans sa petite sphère sur ce minuscule point qu’est la terre, un agent... [Lire la suite]
17 novembre 2016

Franck Dedieu, Joseph Stiglitz, l'euro et son vice de conception théorique

« Stiglitz, constate Franck Dedieu, déroule son tapis argumentaire avec force chiffres et ratios très bien expliqués mais son principal mérite dépasse sa stricte qualité pédagogique. A la façon d’un mécanicien-économiste, Stiglitz se penche avec le lecteur sur toutes les pièces du moteur de l’euro pour en comprendre le vice de conception théorique. Et sa conclusion s’inscrit à rebours des thèses avancées par une partie de la gauche pro monnaie unique : les politiques d’austérité, les erreurs de la Troïka, les hausses... [Lire la suite]
06 avril 2016

Edgar Morin, le capitalisme et l'accélération permanente

« Nous sommes pris, constate Edgar Morin, dans un processus hallucinant dans lequel le capitalisme, les échanges, la science sont entraînés dans ce rythme. On ne peut rendre coupable un seul homme. Faut-il accuser le seul Newton d’avoir inventé la machine à vapeur ? Non. Le capitalisme est essentiellement responsable, effectivement. Par son fondement qui consiste à rechercher le profit. Par son moteur qui consiste à tenter, par la concurrence, de devancer son adversaire. Par la soif incessante de « nouveau » qu’il... [Lire la suite]