31 mars 2018

Arno Münster, la pensée de l'émancipation

« L’émancipation est considérée, indique Arno Münster, dans notre modernité, comme « une action en première personne », un acte de soi en sujet actif ; elle est « auto-émancipation, émancipation de soi par soi, position de soi par soi et elle se fixe en autonomie, donation de la loi de soi à soi ». Au niveau politique, c’est une « auto-émancipation des sujets en citoyens, dans un État libre se pensant comme État d’un peuple libre ». Tosel s’efforce alors d’esquisser les diverses formes de cristallisation de l’émancipation depuis... [Lire la suite]
14 mars 2018

Le gouvernement des riches, par et pour les riches

« La régression sociale et démocratique, indique le Front Syndical de Classe, n'est pas une fatalité. Elle est imposée par un système qui ne connait plus que la barbarie en l'appelant modernité, et dont l’UE est l’arme létale continentale. Mais personne n’est « légitime » pour détruire les conditions de vie d’un peuple et rien n’est plus légitime, en démocratie, que de « mettre le monde du travail au cœur de la vie nationale », ainsi qu’y invitait le programme du CNR intitulé « Les Jours heureux ».... [Lire la suite]
03 novembre 2017

Umberto Eco, Ur-fascisme et irrationalisme

« Le traditionalisme, nous dit Umberto Eco, implique le refus du monde moderne. Les fascistes comme les nazis adoraient la technologie, tandis qu'en général les penseurs traditionalistes la refusent, la tenant pour la négation des valeurs spirituelles traditionnelles. Toutefois, bien que le nazisme ait été fier de ses succès industriels, ses louanges de la modernité n'étaient que l'aspect superficiel d'une idéologie fondée sur le Sang et la Terre (Blut und Boden). Le refus du monde moderne était camouflé sous la condamnation du... [Lire la suite]
05 octobre 2017

Jacques Cotta, lorsque Macron vend le patrimoine français

« Voilà donc le cœur du problème, indique Jacques Cotta, celui de la souveraineté. La « souveraineté nationale » serait une notion archaïque lorsque la « souveraineté européenne » serait preuve de modernité. Outre l’absurdité de la notion même de « souveraineté européenne » dans un cadre où il n’existe ni peuple européen –mais des peuples distincts qui ont leur histoire propre en Europe- ni de nation européenne –mais des nations en Europe- la souveraineté européenne à l’image d’Alstom Siemens montre... [Lire la suite]
10 janvier 2017

Robert Charvin, " drôle-de-gauche " et social-démocratie politicienne

« Ce petit monde, nous dit Robert Charvin, fervent adepte de la « démocratie du bavardage », admirateur de l’American Way of Life, pétri du « rêve américain », promoteur d’une pseudo « modernité » et d’un soi-disant dynamisme « innovateur » contre tous les « archaïsmes » (comme a pu y croire Max Gallo, par exemple, avec le Mitterrandisme), prétend vouloir la révolution (permanente si possible) sans la vouloir vraiment, promeut « l’engagement » citoyen mais sans prendre... [Lire la suite]
23 octobre 2016

La Fondation Frantz Fanon et le préfet Clavreul

« Si Clavreul manipule si grossièrement l’œuvre de Fanon, nous dit le texte, c’est dans un seul but : laver l’État français de tout soupçon de racisme et nier jusqu’à l’existence d’un privilège blanc. Cette ignorance totale du B.A.-BA des rapports sociaux de race crève les yeux lorsqu’on considère la composition du conseil scientifique de la DILCRA. Il s’en est fallu de peu pour que ses réunions ne se déroulent en non-mixité blanche. En effet, il compte vingt et un membres ; un seul n’est pas blanc ; et aucun n’est... [Lire la suite]
09 mai 2016

Michel Jobert, lire le Coran

« Si le Musulman, considère Michel Jobert, répugne à voir quiconque demeurer en situation d'assisté, il n'en est pas moins investi d'un devoir de solidarité à l'égard des malchanceux et des défavorisés. C'est le sens de la Zakat et de la Sadaqa, devoirs fondamentaux, dont le premier est l'un des « cinq piliers de l'Islam ». Leur sens profond est de permettre à chacun, y compris aux plus pauvres, de recouvrer leur dignité de sujets économiques. De même, l'héritage et le patrimoine sont considérés avec faveur, à la condition... [Lire la suite]
16 avril 2016

Jean Vioulac, Karl Marx, Ludwig Feuerbach, Heidegger, l'homme...

« Pour bien comprendre ce à quoi s’oppose la pensée de la technique de Heidegger, nous dit le texte, il me semble que l’on peut en donner une idée très claire et très simple ici, en quelques mots, en prenant appui non sur Marx, comme le fait Jean Vioulac, mais sur le philosophe qui a constitué l’une des inspirations les plus fameuses de Karl Marx, Ludwig Feuerbach. Dans son Essence du Christianisme, cherchant à définir ce à quoi s’oppose précisément dans notre modernité le projet religieux, Feuerbach écrit en effet :... [Lire la suite]
03 avril 2016

James Connolly, la multiplicité des formes de la lutte révolutionnaire

« Michel Trebitsch, nous dit Patrick Silberstein, signale que James Connolly « se rattache très expressément » à l’héritage du socialisme utopique et du mouvement coopératif, « sans être prisonnier de ses illusions ». On peut ainsi lire dans Le rôle de la classe ouvrière dans l’histoire de l’Irlande, le livre que James Connolly publie en 1910, une longue évocation de la « communauté socialiste de Ralahine ». C’est, insiste Michel Trebitsch, le signe de l’attention portée par le révolutionnaire irlandais à « la multiplicité des... [Lire la suite]
29 décembre 2015

Daniel Hartley, Raymond Williams et la " longue révolution "

« Ces deux aspects, indique Daniel Hartley, de l’approche de Williams – la complexité et l’immanence – convergent dans ce qui a été interprété comme une absence de son œuvre, à savoir une théorie de la modernité. D’un certain point de vue, cette lecture est évidemment absurde : l’œuvre de Williams, structurée comme elle l’est autour de la notion de « longue révolution », n’est rien d’autre qu’une vaste cartographie de la modernité. En même temps, d’un autre point de vue, il est vrai que cette œuvre ne reconnaît pas... [Lire la suite]