20 mai 2018

La Revue du Projet, Michel Clouscard

« Dans Néofascisme et idéologie du désir, indique la présentation, Clouscard entame la polémique avec Deleuze, Foucault, Reich et Marcuse. Elle permet de dresser, quatre ans après, un constat d’échec de mai 1968 et de la société qui se met en place à partir de là. Selon Clouscard, malgré les dix millions de travailleurs dans la rue, c’est la face marketing de l’idéologie soixante-huitarde qui l’a emporté. « L’idéologie du désir » n’aura servi qu’à débloquer les « marchés du désir » entérinés par le plan... [Lire la suite]
29 mars 2018

Daniel Bensaïd, 1968, depuis la nuit bleue des barricades

« Le mouvement étudiant prenait de l’ampleur en Italie et en Allemagne. À une poignée (JCR et anars encore), nous avons protesté sur l’esplanade déserte et glaciale des Invalides, contre la répression dont étaient victimes Modzelewski et Kuron en Pologne. Nous diffusions leur Lettre ouverte au Parti ouvrier polonais, traduite et ronéotée par nos soins. En février 1968, nous sommes partis nach Berlin manifester pour le Vietnam. Les manifestations internationales n’étaient pas encore monnaie courante. Avec son « université... [Lire la suite]
04 septembre 2017

Michael Lowy, André Gorz et son appropriation du marxisme

"En tout cas, constate Michael Lowy,  il est évident que l'appropriation du marxisme par Gorz est séléctive.   Si l'on peut parler d'un marxisme de Gorz - ou, si l'on prefère, d'un attachement à la pensée de Marx et de certains marxistes hétérodoxes, de Marcuse et Jean-Marie Vincent à Robert Kurz - c'est surtout à propos de deux questions - il est vrai, essentielles -  qui sont au coeur de son engagement écologique, ou, pour reprendre le terme utilisé par Françoise Gollain, écosocialiste... [Lire la suite]
14 septembre 2015

Sartre et Marcuse, une perspective de révolution totale

« Sartre et Marcuse se réfèrent au jeune Marx et à ses Manuscrits de 1844 pour penser l’aliénation historique dans le cadre de la société capitaliste. La révolution demeure une rupture avec l’Etat et le capitalisme, mais aussi une rupture qualitative au niveau de l’existence individuelle pour permettre une libération des besoins instinctuels, des désirs et de l’Eros. Marcuse participe à l’école de Francfort et s’inscrit dans le sillage du romantisme révolutionnaire qui s’attache à une « vie... [Lire la suite]
25 août 2015

Camille Loty Malebranche, l'homme et la société sans dimension définie !

« La société industrielle, rappelle Camille Loty Malebranche, société de consommation par vocation, a été, « unidimensionnelle », ainsi que la percevaient Marcuse et Baudrillard… Société réductrice de l’homme à une seule dimension, celle de l’économie marchande et de son idéologie grossièrement matérialiste. Ici, nous devons préciser que c’était l’époque de l’économisme, où le capitalisme était encore orienté vers la production et l’économie reflétant la réalité du travail des producteurs malgré les immondes injustices du mode de... [Lire la suite]
16 juillet 2015

Claude Dupuydenus, à qui veut mieux connaître Marcuse

« En conclusion, indique Henri de Monvallier, je recommande bien entendu la lecture du livre de Claude Dupuydenus dont je n’ai pu donner ici qu’un très bref aperçu. Il s’agit d’une biographie intellectuelle rédigée de manière chronologique et qui articule de façon claire, dense et concise la vie de l’auteur d’Eros et civilisation et l’évolution de sa pensée. Chaque livre de Marcuse se voit ainsi résumé et synthétisé de manière accessible pour que le lecteur puisse se faire une idée et ait surtout envie d’aller voir les... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 02:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
15 juillet 2015

Herbert Marcuse, une perspective émancipatrice en rupture avec la société marchande

« Les engagements Marcuse se tournent vers un communisme libertaire. Il dénonce notamment la répression. Il soutient Angela Davis, militante communiste qui défend les droits des noirs aux États-Unis. Elle subit la prison et dénonce l’enfer carcéral avec ses « goulags de la démocratie ». Herbert Marcuse soutien également Rudolp Barho un syndicaliste qui dénonce la répression en RDA et attaque l’imposture du socialisme réellement existant. Herbert Marcuse propose une réflexion critique sur le travail et sur la technique.... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
22 mai 2015

Daniel Bensaïd, et Guy Debord, Trotski, Marcuse, Marx, Roubine...

« Si l’on connaissait , indique Marc Perelman, l’intérêt de Guy Debord et des situationnistes pour Trotski et le trotskisme, un intérêt participant d’une critique sans concession mais attentionnée, un jugement souvent acerbe tout en étant plutôt obligeant avec le créateur et le chef de l’Armée rouge, avec celui qui s’opposa avec la dernière énergie à Staline et au stalinisme, on ne pouvait supposer, de loin, l’intérêt de Daniel Bensaïd pour les thèses situationnistes, sa lecture de Guy Debord et par ordre d’entrée en scène... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 03:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
30 mars 2015

Pierre Souyri, vers une forme moderne de barbarie ?

« Nul mieux que Marcuse, dont la pensée procède d'une interprétation marxiste du freudisme, n'a montré comment la société de consommation parvient, sans même user de la terreur, à créer un univers totalitaire au sein duquel l'homme se trouve défiguré. Dominée par une science et une technologie qui, dans la logique du capitalisme, ont hypertrophié et rendu envahissante l'intelligence opérationnelle, la société tend de toutes les manières à instrumentaliser l'homme lui-même et à l'enfermer dans un univers clos, au sein duquel ses... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 01:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,