15 janvier 2018

Jacques-Marie Bourget, une nouvelle version du Jupiter : le Jupi-taire

« Au passage, indique Jacques-Marie Bourget, pour vous faire observer que la maladie de presse est ancienne, je me permets de relater une expérience personnelle. Au début du mois d’aout 1985, en publiant dans « VSD », un hebdomadaire populaire, un article de deux pages chapeauté du titre « La DGSE a fait couler le Rainbow Warrior », je croyais par ces lignes, avoir fait avancer la « vérité ». Et appeler un chat un chat : c’est-à-dire Mitterrand un assassin (un photographe est mort lors du... [Lire la suite]
13 juin 2017

Alain Badiou, les promesses non tenues du parti socialiste

"Oui, indique Alain Badiou, mais le peuple électoral est une notion assez confuse. Entre le peuple électoral et le peuple politique il y a une différence capitale : le peuple électoral se compose aussi de beaucoup de gens indifférents ou soumis. Ils sont même la majorité.Je suis tout à fait d’accord pour mener campagne sur le fait que la promesse non tenue est une figure absolument constitutive de la vie politique existante et que s’il y a des gens qui sont particulièrement atteints de cette maladie, c’est la gauche. Tout au long de... [Lire la suite]
21 mai 2017

Ruwen Ogien, la maladie comme drame et comme comédie...

"En fait, indique Ruwen Ogien, il faudrait lire le titre avec le sous-titre: «La maladie comme drame et comme comédie» qui exprime mieux l’ambivalence des sentiments du patient. Les témoignages personnels et même les textes théoriques ont tendance à insister sur le côté tragique de l’état dans lequel nous nous trouvons lorsque nous sommes frappés par une maladie grave qui nous diminue, nous cause des souffrances parfois atroces et nous livre pour ainsi dire «nus» aux mains du personnel soignant. Claire Marin a bien décrit cette face... [Lire la suite]
02 février 2017

L'Humanité, Francis Daspe, Santé, Education

« Il existe un point commun à ces évolutions constatées dans l’éducation et la santé : François Fillon. Ministre de l’Éducation nationale, il avait porté la loi d’orientation d’avril 2005 qui instaurait le socle commun, repris ensuite par la loi Peillon de juillet 2013. Désormais candidat à l’élection présidentielle, il annonce vouloir procéder à la désintégration de la branche maladie de la Sécurité sociale, après avoir porté de rudes coups à une autre branche, celle des retraites par répartition... » Reprenons les... [Lire la suite]
30 janvier 2017

Le combat des amiantés

« Le combat des amiantés, nous dit l'article, même après plusieurs revers essuyés l’an dernier, reste toujours le même. Faire reconnaître la responsabilité de leur employeur respectif dans le décès de plusieurs dizaines de collègues (cancer de la plèvre la plupart du temps), la maladie concernant beaucoup d’autres d’entre-eux et le préjudice d’anxiété qui en résulte chez ceux qui sont encore bien portants mais redoutent de développer un jour la maladie. Georges Arnaudeau, président de Allo Amiante et co-président de la Cavam... [Lire la suite]
13 décembre 2016

Saïd Bouamama, France, une société malade qui refuse de regarder sa maladie

« Les débats de cet été, nous dit Saïd Bouamama, qu’ont du une nouvelle fois subir nos concitoyens musulmans ou supposés tels ont été marqués par trois postures qui sont révélatrices d’une société malade qui refuse de regarder sa maladie en face pour pouvoir la soigner. La première bien que minoritaire est de plus en plus fréquente : l’islamophobie décomplexée. L’irremplaçable Nadine Morano déclare ainsi le 12 août à Europe 1 que «les islamistes, tels que cette femme voilée intégralement sur le territoire national, sont... [Lire la suite]
24 février 2016

Elisée Reclus, les adorateurs du Dieu Capital et la peine de mort

« Mais il est encore une autre cause, indique Elysée Reclus, qui défend à la société bourgeoise de prononcer la peine de mort. C’est qu'elle-même tue et tue par millions. S’il est un fait prouvé par l’étude de l’hygiène, c’est que la vie moyenne pourrait être doublée. La misère abrège la vie du pauvre. Tel métier tue dans l’espace de quelques années, tel autre en quelques mois. Si tous avaient les jouissances de la vie, ils vivraient comme des pairs d’Angleterre, ils dépasseraient la soixantaine, mais condamnés pratiquement soit... [Lire la suite]
23 janvier 2016

Al-Fârâbi (1), philosophie, politique et vie collective

« Ainsi, selon Fârâbî, le meilleur régime politique est celui dans lequel les âmes de ses habitants sont aussi saines que possible. L’homme d’Etat est ainsi compris comme un guérisseur, qui apportera aux âmes malades leur guérison. C’est la raison pour laquelle les traités politiques de Fârâbî accordent en général une très grande part à la question de l’âme humaine. Chaque passage qui concerne l’âme humaine est suivi de passages plus directement politiques, qui visent à tirer les conséquences des résultats établis par l’étude de... [Lire la suite]