03 août 2017

Daniel Bensaïd, la portée stratégique de la pensée dialectique

"La dialectique matérialiste, dit encore Lukacs, cité par Daniel Bensaïd, est une « dialectique révolutionnaire », qui s’oppose au déterminisme de la physique classique, à la causalité mécanique, à l’abstraction unilatérale, au continuum temporel, linéaire et vide (visé par Benjamin dans ses Thèses), à l’évolution tranquille, sans sauts ni ruptures. Elle implique au contraire une conception rythmée (une « rythmologie », selon le néologisme de Lefebvre) de la temporalité sociale et politique, avec ses effets de... [Lire la suite]
14 février 2017

Etienne Balibar, Lénine et la philosophie

« En réalité, indique Etienne Balibar, au travers de cette expérience très brève, c’est le rapport même de Lénine au discours philosophique qui s’est complètement transformé. En ce sens le moment philosophique déterminé par la conjoncture de la guerre est sans lendemain, bien qu’il soit loin on va le voir de rester sans effets. C’est ce que, évidemment, l’idéologie « léniniste » dans ses différentes variantes a totalement méconnu. Pour constituer la figure d’une philosophie-de-Lénine, elle devra recourir massivement aux... [Lire la suite]
11 août 2015

Quand l'objet d'art devient inéluctablement une marchandise !

« En 1923, nous dit le texte, Georg Lukacs publie Histoire et conscience de classe. Cet ouvrage décisif reprend la réflexion de Marx sur l’aliénation, la réification et la marchandise. Adorno ne propose aucune analyse économique, contrairement au marxisme orthodoxe, mais reprend la démarche de Marx d’une critique de l’économie. La forme marchandise s’étend sur toutes les relations humaines pour devenir un fétichisme. Tout tend à devenir une chose et toute chose tend à devenir une marchandise. Un objet est pris en... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 05:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
31 juillet 2015

Manifeste contre le travail, " Rien de nouveau sous le soleil ? "

« Nous n’avons évidemment pas la prétention de croire, indique Norbert Trenkle, que nous aurions développé notre critique du travail ex nihilo, dans un vide historique. Même si le mouvement ouvrier a été fondamentalement un mouvement pour la reconnaissance de la marchandise-force de travail et a contribué dans une large mesure à totaliser le travail comme principe social, cela ne signifie pas qu’il se soit borné à accepter les contraintes du procès de travail capitaliste. La critique du régime de commandement et de... [Lire la suite]