29 juillet 2018

JRCF, LREM, un parti de « fan » de Macron

« L’idéologie macroniste, indique JRCF, fait passer le changement permanent et la régression sociale pour une innovation et un progrès, alors qu’il s’agit juste de rendre les travailleurs plus malléables aux desiderata des capitalistes. Cela fait partie du changement de sens des mots par le capitalisme depuis un certain nombre d’années, mais qui atteint son apogée ici avec un parti se réclamant explicitement de la « start up nation », c’est-à-dire du monde managérial. Enfin, pour finir, il nous faut constater que LREM... [Lire la suite]
06 avril 2018

Serge Halimi, Le règne de François Hollande a achevé la gauche

« La gauche, indique l'article, s’appuie sur l’Etat pour transformer la société. Elle dépend ainsi des hauts fonctionnaires et des experts bureaucratiques. Mais cette bourgeoisie d’Etat désapprouve les réformes sociales. Son opposition politique se déguise derrière une supposée neutralité technique. L’inertie de l’administration suffit à faire échouer des tentatives politiques. Ensuite, les mouvements sociaux deviennent moins dynamiques lorsque la gauche est au pouvoir. Il semble difficile d’articuler l’administration de l’Etat... [Lire la suite]
29 janvier 2017

La fin du salariat est-elle aussi la fin du capitalisme ?

« Le rapport de force entre l’entreprise et le potentiel salarié a basculé, indique Stéphane Madoeuf. C’est au tour de l’entreprise de convaincre un candidat qu’elle a tous les atouts pour son développement personnel et un projet adapté à ses attentes. Chez Zappos, un nouvel employé n’intègre pas l’équipe pour obtenir un salaire mensuel mais bien pour contribuer à un projet collectif. Une fois de nouveaux talents attirés, il s’agit de les valoriser. Pour ce faire, l’entreprise doit tout faire pour permettre l’innovation. La... [Lire la suite]
23 octobre 2016

" Le concept d'imaginaire social ": Appel à communications

« Le concept d’imaginaire social, interroge Marc Escola, permettrait-il d’appréhender, dans le domaine historique et culturel, la création de formes nouvelles ? Doit-on, d’ailleurs, le penser comme une « création », ce qui suppose l’avènement d’une nouveauté radicale, ou plutôt comme une « production », idée qui suggère, au contraire, que chaque nouvelle configuration ne peut être produite qu’à partir de configurations existantes et sédimentées, sur la base d’une reproduction partielle du... [Lire la suite]
22 août 2016

Joseph Stiglitz, mondialisation, changer les règles du jeu

« La mondialisation, conclut Joseph Stiglitz, n'est évidemment qu'un élément de la situation, l'innovation technologique en est un autre. Cette ouverture et ces bouleversements étaient supposés nous enrichir, mais les gouvernements des pays avancés n'ont pas fait grand-chose pour que leurs bénéfices soient plus équitablement partagés. Au contraire, ils ont favorisé une restructuration des marchés qui a creusé les inégalités et nui à l'économie dans son ensemble. La croissance a fléchi tandis que les règles du jeu ont été... [Lire la suite]
09 mars 2016

Alice Mérieux, pourquoi Lafarge investit-il en Irak et en Syrie ?

« Depuis 1992, nous dit Alice Mérieux, la consommation mondiale de ciment a triplé, avec une nette accélération depuis 2004 sous l’effet de l’urbanisation rapide de la Chine, de l’Inde et du Brésil. Sachant que le ciment, matériau lourd et peu onéreux, ne s’exporte pas : "Le coût du ciment double s’il est transporté au-delà de 200 kilomètres", répète Bruno Lafont. Dans ce métier, on ne s’implante pas à l’étranger, comme L’Oréal ou LVMH, en fournissant des points de vente. Les géants Lafarge et Holcim ont déplacé leurs... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
09 décembre 2015

Schumpeter, la bureaucratisation fatale au capitalisme

« Schumpeter, nous dit Monique Abellard, est un auteur hétérodoxe: contrairement à Keynes, qui considère que l'Etat peut venir à bout des crises économiques, il pense que seuls les entrepreneurs sont en mesure d'impulser une nouvelle phase de croissance fondée sur l'innovation. Pour lui, ce sont des sortes de héros, qui "révolutionnent la routine"à chaque fois qu'ils exploitent une innovation. Mais ils sont voués à disparaître. Paradoxalement, la concentration des entreprises, qui renforce la stabilité du capitalisme,... [Lire la suite]