26 août 2018

Raphaël Granvaud, l'Afrique est-elle toujours la poule aux œufs d'or ?

« Le maintien de l’armée française en Afrique, indique Raphaël Granvaud, avait des motivations proprement militaires, dans le cadre des stratégies liées à la guerre froide. Mais il s’agissait surtout de perpétuer une politique de domination politique et économique. C’était d’autant plus facile de déstabiliser ou se débarrasser de ceux qui s’y opposaient que c’est la France qui a formé les armées des pays nouvellement indépendants. Au plan politique, cette domination conférait à la France, à l’ONU notamment, le statut d’une grande... [Lire la suite]
02 octobre 2016

Gaston Lefranc, auto-entrepreneurs, prolétaires surexploités

« Beaucoup d’auto-entrepreneurs, nous dit Gaston Lefranc, sont donc des prolétaires surexploités qui gagnent bien moins que le SMIC. Cela se reflète dans le taux de pauvreté des travailleurs indépendants (18,8 %) largement supérieur à celui des salariés (6,3 %). Ainsi, un tiers des auto-entrepreneurs exerce en parallèle une activité salariée pour tenter de sortir de la pauvreté. Le passage de salarié à indépendant est parfois organisé directement par l’entreprise : 8 % des auto-entrepreneurs déclarent avoir créé leur entreprise à... [Lire la suite]
29 octobre 2015

Jean Batou, les formes d'accumulation du capitalisme

« Toutefois, indique Jean Batou, il me paraît important de distinguer la centralisation du capital de l’accumulation primitive/accumulation par dépossession, ce que ne fait pas toujours clairement Harvey. La première, que Marx appelle aussi « concentration de capitaux déjà formés » résulte en effet de la compétition entre capitalistes qui draine une fraction de la plus-value provenant de l’exploitation du travail salarié (Marx 1872-75, chap. 25, sect. 2). Elle ne peut donc pas être assimilée à la seconde qui découle... [Lire la suite]
24 septembre 2015

La Commune, premier pouvoir révolutionnaire prolétarien

« Rapidement le Conseil de la Commune se divise en « majorité » et « minorité ». Les majoritaires sont les « jacobins », les « blanquistes » et les « indépendants ». Pour eux le politique l’emporte sur le social. Se voulant les continuateurs de l’action des Montagnards de 1793, ils ne sont pas hostiles aux mesures centralisatrices voire autoritaires ; cependant ils voteront toutes les mesures sociales de la Commune. Ce sont eux qui imposeront la création du Comité de Salut public le 1er mai par 45 voix contre 23. Les minoritaires... [Lire la suite]