17 juillet 2017

André Gorz, le travail, entretien avec le philosophe Anselm Jappe

« Gorz, nous dit Anselm Jappe , a pris connaissance de la «critique de la valeur» allemande, notamment de celle de Robert Kurz, et du livre «Temps, travail et domination sociale» de Moishe Postone. Gorz partage avec cette école le constat que c’est le capitalisme lui-même qui abolit le travail; ce capitalisme n’est pas du tout en expansion, mais rencontre depuis des décennies ses limites internes. Contester seulement la spéculation financière et les banques est trop court et peut conduire à des formes... [Lire la suite]
12 octobre 2016

André Gorz, la production destructive entretient la croissance

« Or, indique André Gorz, passé un certain point, les «progrès» de la croissance industrielle ont plus d’effets destructifs que d’effets utiles. Les économistes sont totalement incapables de mesurer ce phénomène, puisqu’ils comptabilisent également, comme un «apport», les productions d’effets utiles et les productions ayant pour seul objet de réparer un peu les dégâts causés. La destruction des « stocks naturels » (air, eau, ressources minérales, espace, forêt, faune océanique) n’est comptabilisée nulle part. Cela fait... [Lire la suite]
17 août 2016

André Gorz et Jean-Marie Vincent, la divergence, l'amitié, leur évolution

« La véritable rencontre intellectuelle entre Vincent et Gorz, nous dit le texte, eut lieu à la suite de la publication rapprochée de leurs ouvrages les plus ambitieux parmi ceux que chacun avait écrits jusque-là, respectivement Critique du travail (1987) et Métamorphoses du travail (1988). L’accord concernait le constat de la décentration du travail dans les procès subjectifs d’identification et d’intégration sociales. En réalité, sur ce point fondamental, leur convergence datait de la fin des années... [Lire la suite]
13 février 2016

Philippe Corcuff, le pragmatisme, figure première de l'anarchisme

« Ce livre, nous dit Philippe Corcuff, aura d’abord une tonalité théorique, en se coltinant des concepts (le capitalisme, le couple liberté/égalité ou la décroissance), des auteurs (Proudhon, Marx, Bakounine, Rosa Luxemburg, Emmanuel Levinas, André Gorz, Michel Foucault, etc.), le repérage de problèmes (comme les liens et les tensions entre singularité individuelle et justice sociale) et l’énonciation de questions (par exemple : peut-on envisager des institutions sans État ?). Il s’agira de théorie en un sens donc... [Lire la suite]
02 février 2016

André Gorz, Jean-Marie Vincent, quelles activités doivent être considérées comme travail

17 | 2012 : Critique du travail « II y a plus, indique André Gorz. Si le temps de travail dans sa forme immédiate est relayé, comme source principale de la richesse, par des capacités humaines supérieures, quel est le statut du travail de production de capacités, du travail de « production de soi » ? Si on pousse la théorie de la valeur au bout de sa logique, on considérera qu’est travail (création de valeur) toute activité qui produit de la force de travail ou, ce qui revient au même, en... [Lire la suite]
17 décembre 2015

Philippe Corcuff et la pensée libertaire

« Philippe Corcuff propose une critique du capitalisme productiviste. André Gorz articule marxisme critique et écologie politique. Il estime que la logique marchande s’oppose à la justice sociale mais aussi à la qualité existentielle de la vie des individus et à la préservation des univers naturels. Une contradiction capital / nature s’accentue. Mais Philippe Corcuff pointe également les limites du courant de la décroissance et sa vision négative de la nature humaine. Pour Karl Marx, une société émancipatrice doit libérer les... [Lire la suite]
05 novembre 2015

Daniel Bensaïd se confronte à André Gorz

« Finalement, nous dit Daniel Bensaïd, pour André Gorz, « la théorie marxienne […] n’a jamais précisé qui, au juste, effectue l’appropriation collective, en quoi elle consiste, qui exerce, et où, le pouvoir émancipateur conquis par la classe ouvrière ; quelles médiations politiques peuvent assurer à la coopération sociale son caractère volontaire ; quel est le rapport des travailleurs individuels au travailleur collectif, des prolétaires au prolétariat ». Il en est résulté une confusion entre... [Lire la suite]
14 octobre 2015

L'utopie de André Gorz, contre l'antihumanisme

« L’œuvre de Gorz, nous dit Hans-Léo Krämer, attire et fascine pour plusieurs raisons. J’en retiens cinq, sans les hiérarchiser, mais dont chacune permet d’entrer au cœur de ce qui fait l’originalité de la pensée de Gorz. En utilisant les mots même de Gorz, je dirai que la première raison est l’utopie d’une société libérée. Gorz ne refuse pas l’étiquette d’utopiste. Il l’interprète positivement dans la tradition d’Ernst Bloch ou de Paul Ricoeur. L’utopie « a pour fonction de nous donner, par rapport à l’état des choses... [Lire la suite]
24 août 2015

André Gorz, la justification politique du revenu garanti

« Ce texte, dit André Gorz, présente un glissement intéressant de la justification économique du revenu garanti à sa justification non économique mais politique. Dans un premier moment, en effet, il fonde le droit à un revenu garanti sur la production, par les chômeurs, d’une « richesse sociale non rémunérée ». Faut-il donc considérer le revenu garanti comme la « rémunération » d’une activité productive ? A peine est-elle suggérée que cette idée est abandonnée : la richesse sociale est le lien social sous... [Lire la suite]
14 juin 2015

André Gorz, logiciels libres, miner à la base le capitalisme !

« Certes, nous dit cette tribune, envisager une autre économie, d’autres rapports sociaux, d’autres modes de production, et d’autres façons de vivre passe pour «irréaliste», comme si la société de la marchandise, du salariat et de l’argent était indépassable. «En réalité, disait-il, une foule d’indices convergents suggère que ce dépassement est déjà amorcé.» Gorz ne disait pas que ces transformations se produiraient. Il disait seulement que, pour la première fois, nous pouvons vouloir qu’elles se réalisent. C’est... [Lire la suite]