18 avril 2016

Thierry Labica, Ernst Bloch, le début est une fin, la fin est un début...

« Le début est une fin. La fin est un début. Voilà un texte qui n’est pas avare de paradoxes. Mais il faut enfin en venir à celui qui les porte tous. On a relevé les thèmes récurrents de la sortie de soi (lorsque l’on en vient à « prendre congé de soi-même » ou que l’on a affaire à quelqu’un « qui ne demandait pas mieux que de sortir de soi ») et du mutisme devant l’indicible du Nouveau placé au-delà de tout mot déjà disponible. Autant le dire, notre paysage thématique ressemble singulièrement à ce que l’on trouverait, non pas... [Lire la suite]