13 juin 2018

Georges Gastaud, l'UE et les régimes fascisants

« A l’échelle européenne, indique Georges Gastaud, l’UE, qui avait fait la grosse voix au début des années 2000 quand le néonazi Jorg Hayder s’était approché du gouvernement autrichien, ne pipe plus mot, sinon pour la forme, contre les régimes fascisants d’Orban (Hongrie), de Kaczynski (Pologne), et moins encore contre le nouveau gouvernement de Vienne (les postes régaliens sont désormais accaparés par des néonazis au pays natal d’Adolf Hitler !). L’UE-OTAN n’a pas davantage scrupule à collaborer avec Riga, Vilnius et... [Lire la suite]
28 mars 2018

Georges Gastaud, l'Europe des luttes contre l'UE du grand capital

« Nous devons dire, pense Georges Gastaud, aux impérialistes de ce côté-ci de l’Océan atlantique que les ouvriers américains ou chinois ne seront jamais nos ennemis et que l’insoumission générale à l’impérialisme sera d’autant mieux promue partout, que nous combattrons mieux les capitalistes là où nous résidons : l’ennemi principal est sur ton continent, camarade. C’est pourquoi il faut sortir par la gauche de l’UE, et, sans cesser de combattre l’impérialisme US, il convient de refuser les slogans faussement... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 05:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
15 mars 2018

Denis Collin et Georges Gastaud, la défense du français

« Le PRCF, indique Georges Gastaud, est l’héritier le plus marquant de la première Coordination communiste du PCF qui mena le combat interne dans les années 90, alors que la direction du parti optait pour une « mutation » social-démocrate et européiste qui a littéralement naufragé le mouvement populaire et le syndicalisme de classe. Nous ne nous présentons pas comme un parti mais comme un mouvement politique, comme un « pôle » visant à faire renaître un vrai parti communiste dans ce pays.... [Lire la suite]
21 octobre 2017

Georges Gastaud, le retour au léninisme

« En réalité, indique Georges Gastaud, les « Blancs » de tous les temps et de tous les pays tendent à s’unir parce que de nos jours, le capitalisme devenu parasitaire et impérialiste, tend à liquider tout l’héritage progressiste de la bourgeoisie encore juvénile. Il s’ensuit que tous les progressistes, tous les patriotes républicains, doivent refuser ensemble l’anticommunisme et l’antisoviétisme et que, par ex., ils doivent enfin faire le lien – qui crève les yeux ! – entre la chute du camp socialiste européen et... [Lire la suite]