07 septembre 2018

Alejandro Lopez, Espagne, Les infâmes réalisations de Franco

« Les infâmes réalisations de Franco, indique Alejandro Lopez, sont bien connues. Il a mené un coup d’État fasciste en 1936, qui a plongé l‘Espagne dans une guerre civile de trois ans, dévastant des villes dans tout le pays et conduisant au meurtre de 200 000 opposants politiques, intellectuels de gauche et travailleurs militants. 400 000 personnes de plus furent jetés dans des prisons et des camps de concentration, où beaucoup moururent de malnutrition ou de famine. Un demi-million de personnes fuirent l‘Espagne en tant que... [Lire la suite]
27 avril 2018

Peter Schwarz et Andre Damon, Macron, l'ancien banquier de Rothschild...

« Quatre jours seulement avant son discours, indique l'article, Macron avait ordonné des frappes aériennes contre les villes syriennes de Damas et Homs, sous de faux prétextes, sans vote parlementaire, et contre l’opposition de la majorité de la population française. Le président français a mené son aventure militaire au Levant en alliance avec Donald Trump, un démagogue de droite à tendance fasciste, et le Premier ministre britannique Theresa May, dont le gouvernement est obnubilé par l’effort de séparer la Grande-Bretagne de... [Lire la suite]
05 avril 2018

Robert Soucy, le fascisme en France pendant l'entre-deux-guerres

« Michel Winock, indique Robert Soucy, avance également que La Rocque n’était pas fasciste parce qu’il n’a pas eu recours, comme certains fascistes français, au slogan « ni droite ni gauche ». La partie « ni de droite » de ce slogan est néanmoins contredite par l’écrasant conservatisme social et économique de la majorité des fascismes français et européens de l’époque, Faisceau de Valois, Solidarité française de Coty et parti populaire français de Doriot inclus. Le conservatisme social de La Rocque ne fait pas... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 13:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
22 mai 2017

Peter Koenig, Europe, vers un état de répression fasciste

"Avec, indique Peter Koenig, l’élection de Macron en France – ou plutôt le pied dans la porte des Rothshild – pour sauvegarder les oligarques financiers de France et d’Europe et protéger le capitalisme débridé de troubles sociaux éventuels, l’Europe se dirige à grands pas vers un état de répression fasciste accompagné d’une économie fasciste, hache à deux tranchants des riches destinée à éliminer la liberté théorique des peuples à vivre une vie décente. Dans son discours de victoire, Macron a dit que la première des priorités de la... [Lire la suite]
10 février 2017

Charles Sannat, Patrick Artus et l'Euro

« Pour lui, Artus, il est impossible de libeller les dettes autrement qu’en euros… Et si, question au hasard, l’euro explose et n’existe plus par exemple parce que la France ou l’Italie seraient en faillite, les dettes, on les compte en quoi ? En raviolis ? En branches d’épinard ? Ou en coquillages ? Évidemment, en cas de retour aux monnaies nationales lié à une explosion de l’euro, tout serait à nouveau comptabilisé en… monnaie nationale, avec des dévaluations plus ou moins fortes de valeur par rapport à quoi ? À l’ancien euro... [Lire la suite]
18 novembre 2016

Robert Paris, la "démocratie" américaine, le choix entre deux candidats du système

« La « grande démocratie » américaine, précise Robert Paris, ne peut pas faire autre chose que donner le choix entre deux candidats du système et si jamais, par une radicalisation extraordinaire, elle pouvait donner autre chose, un coup d’Etat militaire ou fasciste donnerait un coup d’arrêt à l’élection. Mais cela n’est pas propre aux USA. Tout le monde bourgeois fonctionne de même. La démocratie y est un jeu dans lequel on demande l’avis des gens que dans la mesure où cela stabilise la domination de l’infime minorité... [Lire la suite]