24 août 2017

Esclavagisme, le commerce triangulaire

"Au centre de Bordeaux, nous dit Pierre Carrey,  il existe ainsi une rue David-Gradis, non loin de la place de la Victoire. Cet armateur (1742-1811) s’est enrichi non pas grâce au négoce du vin mais au commerce triangulaire : il envoyait de Gironde des navires chargés d’alcool et de salaisons, qui embarquaient des esclaves sur l’île de Gorée, au large de Dakar (Sénégal), afin de les exploiter dans des plantations en Martinique et à Haïti. Hasard terrible, la rue Gradis croise la rue Broca, du nom de ce médecin (1824-1880) qui... [Lire la suite]
18 mai 2017

Maud Navarre, d'où vient le racisme ?

"À partir du 15e siècle, nous dit Maud Navarre, des navigateurs du continent européen découvrent de nouveaux mondes et de nouvelles populations. Un premier empire colonial commence à se constituer, centré sur l’Amérique alors appelée le « Nouveau Monde ». La pensée raciale n’apparaît pas immédiatement : elle se développe tout au long des 16e et 17e siècles, avec la mise en place de l’esclavagisme. D’ailleurs, alors que les conquistadors massacrent les populations pour s’emparer de leurs terres, des... [Lire la suite]
04 avril 2017

Ecole, Manifeste, oser l'utopie, une condition nécessaire...

"L’École, nous dit le Manifeste, a du mal à s’affranchir des conceptions qui ont prévalu et prévalent encore dans nos actuelles sociétés inégalitaires : l’exploitation de l’homme par ’homme, l’esclavagisme, les migrations non consenties, les autoritarismes de toutes sortes, les conflits, guerres et colonisations, le sexisme, le racisme, les ethnicisations, le refus de la pluralité des Histoires, la peur de « l’autre ».Oser l’utopie est une condition nécessaire pour construire et reconstruire une société planétaire,... [Lire la suite]
01 décembre 2016

Robert Charvin, les classes dominantes de plus en plus bousculées

« L’essentiel, considère Robert Charvin, est ce que révèle clairement le succès de Trump : la société américaine, fondée à l’origine sur l’esclavagisme et le racisme, sur des aventuriers de l’argent et la violence armée a des séquelles lourdes après des siècles de capitalisme débridé. Des millions de pauvres sans conscience de classe claire désignent un milliardaire opportuniste pour les représenter. Une inculture politique de masse ignorant le monde laisse les oligarques décider du sort de la planète et de la vie de... [Lire la suite]
26 avril 2016

Samuel Joshua, Emre Öngün, Arianne Perez : Marx, capitalisme, colonialisme, esclavagisme

« Une grande partie des considérations d’A.Perez, indique le texte, consiste à rappeler, d’une part, que le phénomène colonial, l’esclavagisme ou que les guerres expansionnistes ne sont pas l’apanage de l’Europe et, d’autre part, que l’exploitation et les oppressions ont existé et existent toujours au sein des sociétés colonisées. Ce propos est complété par son pendant logique : la lutte des classes est déterminante partout, y compris dans ces sociétés-là. Il est facile de souscrire à l’assertion selon laquelle, au-delà d’un... [Lire la suite]
27 juillet 2015

Le réchauffement climatique, certains proposent de parler de "capitalocène"...

« Le discours convenu de l’anthropocène, indique Christophe Bonneuil,  revient à faire de l’humanité toute entière, et de façon indifférenciée, la responsable du réchauffement. Or on sait que les plus pauvres de la planète émettent mille fois moins de gaz à effet de serre que les plus riches et que deux tiers du carbone rejeté dans l’atmosphère est le fait de 90 entreprises seulement. Voilà pourquoi certains proposent de parler de « capitalocène ». Pour eux, ce n’est pas le genre humain, mais un système économique... [Lire la suite]