25 septembre 2018

Jérôme Métellus, vers le Congrès du PCF

« Bien sûr, indique Jérôme Métellus, les causes du déclin du PCF ne sont pas réductibles à ses erreurs stratégiques. Celles-ci découlent d’une dérive droitière – idéologique et programmatique – qui ne date pas d’hier. Si l’on ne considère que les trois dernières décennies, on voit que la direction du PCF a nettement viré vers la droite dans la foulée de la chute de l’URSS et du bloc de l’Est, c’est-à-dire au début des années 90. Puis elle a longuement dérivé, toujours vers la droite, en suivant comme son ombre la dérive droitière... [Lire la suite]
24 septembre 2018

Alejandro López, Espagne, le soutien à l'extrême droite italienne

«L’article Illueca-Monereo-Anguita a été largement couvert par les médias sociaux et les journaux bourgeois espagnols. Dans ce document, ils approuvent le gouvernement de coalition italien de la Ligue du Nord néo-fasciste de Matteo Salvini avec le Mouvement Cinq étoiles dirigé par Luigi Di Maio, le gouvernement le plus à droite de l’Italie depuis le renversement de Mussolini à la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’article applaudit sans ambiguïté le « Décret Dignité » récent des néofascistes, le saluant comme un « tournant dans la... [Lire la suite]
23 septembre 2018

Evelyne Pieiller, le progrès n’a de sens que concrètement émancipateur

« Les tenants d’un ordre figé pour l’éternité, indique Evelyne Pieiller, d’une nature humaine immuable, caractérisée par ses passions bien plus que par la raison, ont longtemps protesté contre cette idéologie du progrès en prophétisant le chaos social, l’égarement, la perte des repères. Réactionnaires contre progressistes, l’antagonisme était logique. Or, aujourd’hui, cette hostilité réunit aussi bien, souvent à la faveur de ce qui paraît le simple bon sens, des sensibilités de droite que de gauche. Mieux, elle permet de... [Lire la suite]
22 septembre 2018

Alexis Lacroix, Eric Zemmour et l'histoire de la République

« Amplification? Outrances?, questionne Alexis Lacroix. Non : réminiscence d'un certain type de pensée, plebéienne et réaliste, populaire et adversaire des grands signifiants d'universalité, qui fit florès dans les périodes de crise. Réminiscence d'un temps - la fin du dix-neuvième siècle, saturée de tensions idéologiques - , où un Maurice Barrès déployait le même réquisitoire éploré contre Zola et ceux qu'il nommait avec commisération les intellectuels. Déjà, sous la plume convulsée de l'auteur des Déracinés, il y avait ce... [Lire la suite]
24 août 2018

Quand François Hollande se faisait passer pour un leader de la droite…

Géopolitique 24.août.2018 // Les Crises François Hollande Voici une information qui n’est pas récente, mais que je ressors – elle en dit long sur notre ancien Président – et une partie du personnel politique… Source : 20minutes, 06.06.2008 L’histoire est incroyable et pousse la manipulation politique au rang d’art. En 1983, alors que la droite pleure la présidentielle perdue de 1981, un mystérieux Caton, présenté comme «un grand dirigeant de la droite», jette un pavé dans la mare avec un violent pamphlet... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
14 août 2018

Frédéric Glorieux, Macron, pourquoi le dire au sommet de l'Etat ?

« Nos présidents précédents, indique Frédéric Glorieux, avaient des maîtresses, puis divorcèrent, puis eurent des histoires entre célibataires. Nous sommes passés dans une autre époque. Le couple présidentiel présente toutes les apparences de la fidélité, mais pas de la satisfaction sexuelle conjugale, si bien que tous les vices leur sont prêtés. Entendons-nous, ils font ce qu'ils veulent, peu importe, mais ce qui est montré publiquement est politique. Lors de sa provocation du 27 juillet auprès de ses députés, Emmanuel Macron... [Lire la suite]
13 août 2018

REGISDESMARAIS , Tuer politiquement François Fillon

« François Fillon, indique REGISDESMARAIS, à la différence de M. Macron, n’est pas un jeune nouveau dans le paysage politique. Il a détenu différents portefeuilles ministériels et il a été Premier ministre de Nicolas Sarkozy pendant cinq années… Cinq années au cours desquelles son épouse a perçu une rémunération d’attaché parlementaire. Etrange que la presse qui fait son travail ne se soit pas emparée de cette question à l’époque. Curieusement, ce sujet qui est un vrai sujet légitime, n’est évoqué qu’au lendemain de la primaire... [Lire la suite]
26 juillet 2018

Allemagne, KR, perdre la guerre pour gagner la Nation

Reprenons la lecture de l'article... Michel Peyret La Révolution Conservatrice allemande PAR DISSIDENCE FRANÇAISE  PUBLIÉ LE 22 MAI 2014 Mouvance intellectuelle et politique non monolithique, ensemble pluriel parfois contradictoire et composite, la Révolution conservatrice allemande (Konservative Revolution) est un phénomène générationnel (1918-1932) qui porte profondément la marque de la Première Guerre mondiale, de l’expérience de la défaite, de l’agitation révolutionnaire communiste... [Lire la suite]
09 juillet 2018

Johannes Stern, réfugiés, l'UE a tellement viré vers la droite

« Les mesures ciblant les réfugiés, indique Johannes Stern, démasquent l’UE comme une monstruosité réactionnaire, que les gouvernements nationaux, malgré leurs différences, utilisent pour déplacer brusquement la vie politique européenne vers la droite. D’autres sections de l’accord du sommet incluent le « renforcement de la capacité de défense européenne », la censure d’Internet, l’expansion d’un état policier européen et la poursuite des politiques d’austérité. L’UE a tellement viré vers la droite que l’accord a été applaudi par... [Lire la suite]
02 juillet 2018

Robert Bibeau, j'appelle l'exercice électoral une « mascarade »

« Premièrement,indique Robert Bibeau, entre un parti politique de droite, de gauche, ou de centre la phraséologie diffère, mais c’est exactement la même affaire. D’une élection à l’autre, les ouvriers sont à même de le constater. Parfois, un parti de gauche mène une campagne électorale sous un verbiage de gauche, une fois élue, il mène une politique de droite, car il n’a pas le choix, les impératifs économiques subsument les désidératas politiques. L’inverse est aussi vrai. Ainsi, dans mon livre je cite François Hollande qui a... [Lire la suite]