29 octobre 2016

Lucile Daumas, Les multinationales, une privatisation de la démocratie

« Comme l’a montré Monica Vargas, les multinationales jouissent d’une architecture mondiale de l’impunité qui rend très difficile de pouvoir les attaquer et leur offre un pouvoir sur les Etats. Elles jouissent d’un “droit dur”, contraignant et accompagné de sanctions, alors que les droits humains, les droits économiques, sociaux et culturels peuvent être qualifiés de “droit mou”, simples recommandations dont la violation n’est passible d’aucune sanction. On est face à une privatisation de la démocratie, où le pouvoir s’exerce à... [Lire la suite]