24 août 2017

Esclavagisme, le commerce triangulaire

"Au centre de Bordeaux, nous dit Pierre Carrey,  il existe ainsi une rue David-Gradis, non loin de la place de la Victoire. Cet armateur (1742-1811) s’est enrichi non pas grâce au négoce du vin mais au commerce triangulaire : il envoyait de Gironde des navires chargés d’alcool et de salaisons, qui embarquaient des esclaves sur l’île de Gorée, au large de Dakar (Sénégal), afin de les exploiter dans des plantations en Martinique et à Haïti. Hasard terrible, la rue Gradis croise la rue Broca, du nom de ce médecin (1824-1880) qui... [Lire la suite]