07 juin 2018

Benoît Borrits, Thomas Coutrot, démocratie et travail

"Comment expliquer, indique Benoît Borrist, alors que les salarié-es ne revendiquent pas une plus grande liberté dans leur travail ? C’est sur cette question que s’ouvre la partie conclusive du livre. C’est chez Moishe Postone que Thomas Coutrot trouvera la réponse à son interrogation. Selon cette lecture de Marx, la particularité du capitalisme se situe dans le travail salarié comme mode fondamental de médiation sociale et la seule chose qui compte est alors la valeur d’échange, valeur d’échange dans laquelle s’inscrivent la... [Lire la suite]
28 janvier 2016

Thomas Coutrot, la peur pour faire oublier le capital !

« Que se passe-t-il alors dans le cerveau des économistes technocrates de Bercy ?, questionne Thomas Coutrot. Croient-ils véritablement pouvoir relancer l’emploi en simplifiant à nouveau les règles du licenciement ? Quand dix demandeurs pour la plupart sur-qualifiés se disputent chaque emploi, qui peut penser qu’on va réduire le chômage en formant les chômeurs ? Après trente années de chômage de masse et presque autant de « plans massifs de formation des chômeurs », chacun sait que ces plans peuvent tout... [Lire la suite]
19 décembre 2015

Thomas Coutrot, démocratie participative et/ou démocratie représentative

« Face au néolibéralisme contemporain, indique Gabriel Maissin, il ne saurait être question d’en revenir à une stratégie étatiste, que ce soit à la mode léniniste ou social-démocrate.« La démocratie participative parie sur l’auto-organisation populaire tant dans la sphère étatique que dans l’économique. » Cependant, ajoute Thomas Coutrot, l’intervention publique reste essentielle, à condition de renforcer et de relayer les initiatives de la société civile sans les confisquer. « Il ne peut être question que le politique soit... [Lire la suite]
15 décembre 2015

La démocratie peut-elle résulter des lois du capitalisme ?

« Cette « pensée unique » postule, nous dit Thomas Coutrot, la convergence inéluctable entre des principes d’organisation de l’économie (le capitalisme), de l’État (le libéralisme) et de la souveraineté (la démocratie). Ses arguments sont bien connus : la liberté d’entreprendre, la libre concurrence et le libre marché, bref, le capitalisme, sont des aspects intangibles de la liberté humaine. La démocratie est le seul mode de gouvernement qui suppose et développe la liberté des citoyens. Elle n’est enfin que... [Lire la suite]