24 mars 2018

L’auto-organisation contre la délégation du pouvoir

« Anton Pannekoek, indique l'article, observe l’intégration des mouvements contestataires dans le capitalisme. Dans le livre Les Conseils ouvriers, il ouvre des pistes pour une auto-émancipation. Il ne s’appuie pas sur les idéologues marxistes mais sur les expériences historiques autonomes des exploités. Les conseils ouvriers ne sont pas une forme à fétichiser, mais une démarche politique. « Autogouvernement qui intégrait le dépassement de la séparation entre l’économie et la politique, la fin des spécialistes, des... [Lire la suite]
06 novembre 2017

Vers une société sans classes et sans exploitation, le dépérissement de l'Etat

« Quelles que soient, indique le texte, les autres conclusions spécifiques qui doivent être tirées de l’expérience russe, le moins qu’on puisse dire sur la façon dont le prolétariat russe traita cette question de l’État dans sa pratique, c’est qu’elle ne lui fut pas favorable. Le prolétariat a été confronté de façon sanglante à des contradictions que la théorie marxiste n’avait pas entièrement prévues. Comment la dictature du prolétariat s’exprime-t-elle dans une nouvelle “démocratie”? Comment éviter que l’État échappe au... [Lire la suite]
22 janvier 2016

Hermann Gorter, le marxisme et " l'école hollandaise "

« Ses vues marxistes, Gorter les puisa aux sources kautskystes d’avant 1914. Il se les assimila d’une manière contemplative, sans toutefois fermer les yeux à la décadence et la déformation kautskyenne qu’il sentait parfaitement. Il devait aboutir finalement à la conception communiste d’extrême gauche, préconisant la création de « conseils ouvriers » comme seules garanties gardant à la dictature du prolétariat toute sa « pureté » et comme correctif contre le pouvoir bureaucratique dictant d’en haut, s’arrogeant... [Lire la suite]
27 septembre 2015

Pannekoek, les conseils ouvriers sont la forme d'organisation dont a besoin la classe ouvrière

« Nous voyons clairement, indique Pannekoek, comment le système des conseils ne peut fonctionner que lorsque l’on se trouve en présence d’une classe ouvrière révolutionnaire. Tant que les ouvriers n’ont pas l’intention de poursuivre la révolution, ils n’ont que faire des soviets. Si les ouvriers ne sont pas suffisamment avancés pour découvrir la voie de la révolution, s’ils se contentent de voir leurs dirigeants se charger de tous les discours, de toutes les médiations et de toutes les négociations visant à l’obtention de... [Lire la suite]
06 août 2015

Anton Pannekoek, la conquête du pouvoir des travailleurs sur la société

  « Notre conclusion, indique Anton Pannekoek, est que les formes d’organisation du pouvoir autonome, exprimées par les termes « soviets » ou « Conseils ouvriers », doivent aussi bien servir à la conquête du pouvoir qu’à la direction du travail productif après cette conquête. D’abord, parce que le pouvoir des travailleurs sur la société ne peut être obtenu d’une autre manière, par exemple par ce qu’on appelle un parti révolutionnaire. Deuxièmement, parce que ces soviets, qui seront plus tard nécessaire à la... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
30 juillet 2015

Henri Simon, ma relation avec Cajo Brendel...

« Cajo, indique Henri Simon, n’avait jamais été un militant d’entreprise. Question de circonstances ; il situait son engagement politique à son adolescence. Nul ne peut décrire mieux que lui comment il était venu au militantisme politique : « ...Je ne suis pas né dans une famille ouvrière. Mais les années 1930 avec leur crise profonde et la faillite de mon père apportèrent la pauvreté dans la famille. Le résultat en fut pour moi un intérêt pour ce phénomène social. J’avais 16 ans et très bientôt, je saisis que je... [Lire la suite]
28 juillet 2015

Quand Otto Rühle s'opposait à Rosa...

« Dans son célèbre discours sur le programme, nous dit l'article, Rosa Luxembourg montre le dilemme et propose comme solution révolutionnaire : « Tout le pouvoir aux Conseils d’Ouvriers et de Soldats ». Toutefois elle sentait déjà la contre-révolution grandissante, l’impossibilité d’empêcher la convocation de l’Assemblée Nationale et elle envisageait une ligne de retraite jusqu’à la vague révolutionnaire. Avec cette considération tactique, elle préconisait la participation aux élections pour l’Assemblée... [Lire la suite]
19 juillet 2015

Antoine Artous, Trotsky et le concept d'Etat bureaucratiquement dégénéré

« On sait, indique Antoine Artous, que ses analyses se sont cristallisées dans le concept d’État ouvrier bureaucratiquement dégénéré. La catégorie ne m’a jamais réellement convaincu. Mais à sa façon, elle illustre bien la dimension innovante de l’approche de Trotsky alors que parler d’un capitalisme d’État et, d’un certain point de vue, beaucoup plus orthodoxe par rapport à la tradition léguée par Marx qui, répétons-le, n’envisageait pas que la prise du pouvoir par le prolétariat se traduise par la construction d’un nouveau type... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
18 mai 2015

Daniel Tanuro, le saut qualitatif du choix contre la démocratie bourgeoise

«Des ouvriers réformistes, écrit Daniel Tanuro, peuvent être amenés par la logique du mouvement à la grève active, avec occupation, etc… Mais le pas difficile est celui du choix conscient contre la démocratie bourgeoise et ses institutions. C’est cette difficulté qui a fait échouer toutes les révolutions en Europe occidentale. L’exemple le plus frappant est celui de la révolution allemande, après la première guerre mondiale. L’effondrement du pouvoir bourgeois était total. Les conseils ouvriers couvraient tout le pays. La... [Lire la suite]
25 mars 2015

Daniel Tanuro, grève générale et démocratie ouvrière

« Mais le pas difficile, estime Daniel Tanuro, est celui du choix conscient contre la démocratie bourgeoise et ses institutions. C’est cette difficulté qui a fait échouer toutes les révolutions en Europe occidentale. L’exemple le plus frappant est celui de la révolution allemande, après la première guerre mondiale. L’effondrement du pouvoir bourgeois était total. Les conseils ouvriers couvraient tout le pays. La social-démocratie, dominante dans la classe ouvrière, a alors décidé de transférer le pouvoir des comités ouvriers à un... [Lire la suite]