16 juin 2017

Patricia Latour et Francis Combes, construire un peuple

"La question aujourd’hui, nous dit l'article, comme le dit le titre du dernier livre de la philosophe1, est de "construire un peuple". Son identité n’est pas un donné. Surtout aujourd’hui où le prolétariat est à la fois majoritaire et éclaté, d’un point de vue social, géographique, ethnique, religieux… Sans une passion politique partagée, le peuple n’existe que comme population. Pour qu’il existe comme peuple, sujet souverain de son destin, il faut qu’il se sente (par-delà sa diversité) partie prenante d’un "nous", qui s’oppose à un... [Lire la suite]
09 avril 2017

Christian Maurel, les citoyens et les partis politiques dans l'histoire

"En France, nous dit Christian Maurel, les partis à proprement parler s’organisent et trouvent une forme pérenne au tournant du 20ème siècle, au moment où les citoyens accèdent à la liberté de s’associer (loi 1901). Le Parti Républicain radical et radical Socialiste se crée précisément en 1901. Il comptera des hommes politiques qui marqueront la République Française du 20ème siècle : Combes, Daladier, Herriot, Zay, Mendès-France… De son coté, la Fédération des Socialistes de France composée de multiples tendances (possibilistes,... [Lire la suite]
12 octobre 2016

Yvon Quiniou, Francis Combes vient d'écrire un beau livre

« Le communisme, nous dit Yvon Quiniou, y est fortement présent, pour une raison de fond, que je partage : celui-ci ne se réduit pas à une technique de gouvernement centrée sur la satisfaction des seuls besoins matériels des hommes envisagés collectivement, mais il vise à désaliéner les individus dans leur singularité en leur permettant de réaliser leurs plus hautes potentialités – celles-là mêmes que le capitalisme, y compris dans sa forme consumériste actuelle, étouffe en eux. Le matérialisme sur lequel il repose n’est... [Lire la suite]
03 avril 2015

Communisme ? Que les "damnés de la terre" deviennent les maîtres du monde !

Selon Francis Combes et Patricia Latour, « pour un philosophe marxiste comme l’italien Domenico Losurdo, l’idée du dépérissement de l’État est la trace de la persistance, au sein du marxisme, d’un idéalisme anarchisant. Et cela ne serait pas pour rien dans la difficulté du socialisme réel à penser la question du rapport de l’État à la société civile, la légalité, etc. À l’opposé, pour des penseurs comme Lucien Sève ou Alain Badiou (qui vient, lui, de la lignée maoïste et "antirévisionniste"), le problème tiendrait au contraire à... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 06:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,