10 juillet 2018

Charles Sannat, quand il y a un doute, il n'y a pas de doute, passe ton chemin

« En conclusion, indique Charles Sannat, si devenir riche est très difficile pour la grande majorité des sans-dents que nous sommes, quand on a quatre sous, il est quand même nettement plus facile de ne pas les perdre en étant simplement prudent et en gérant en « bon père de famille ». En tout, soyez prudent, et appliquez les 7 conseils de mon pépé. « Fils, quand il y a un doute, il n’y a pas de doute, passe ton chemin »…Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !... » Reprenons la... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 05:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
11 juin 2018

Canaille le Rouge, un rapport social d'exploitation qui se nomme capitalisme.

Camarades cheminots,  votre grève est une bio grève ! Le rail défend la planète encore une preuve. Raison de plus pour tenir et qu'on vous renforce (transmis par Jean-Jacques Lagarde) Colza, huile de palme et impérialisme Publié le 10 Juin 2018 Décodeur du moteur à comensamarche ou la pompe à finance à injection Les assistés de la PAC, ceux qui ont leur revenus assurés par les sub de l'UE, ces grands proprio-agro céréaliers hurlent contre l'huile de palme. Pas celle qui sert à fabriquer de l'obésité infantile... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
15 mars 2018

Cyrille Schott, la relation franco-allemande et ses évolutions

« Ce schéma, indique Cyrille Schott, tracé à gros traits simplifiés, illustre, sans évoquer leur terrible passé conflictuel, les divergences entre nos deux nations. Et pourtant, que de chemin parcouru, quel magnifique chemin parcouru ensemble, depuis la fin de la seconde guerre mondiale ! Sans nous attarder sur le sujet, évoquons quelques moments et images marquantes de ce chemin : Konrad Adenauer et Charles De Gaulle assistant ensemble dans la cathédrale de Reims à la messe pour la paix le 8 juillet 1962, puis signant... [Lire la suite]
06 octobre 2017

Pascal Santoni, Christophe Barbier et son maître Macron

« Et nous, Christophe Barbier, lui dit Pascal Santoni, nous ne sommes pas des vieux fainéants gâtés par la vie. Après 40 à 45 ans de travail et de luttes nous méritons bien plus que les faibles pensions que nous percevons. Sachez que nous ne manquons pas d’énergie pour empêcher les si mal nommés « libéraux » de dépouiller le plus grand nombre pour enrichir les plus riches de vos amis.Le 28 septembre nous étions deux fois plus nombreux que lors des précédentes manifestations et nous n’avons pas l’intention de nous arrêter en... [Lire la suite]
20 juillet 2017

Basta, Assa Traoré, le processus que nous voulons dénoncer

"Nous garderons jusqu’à la fin, précise Assa Traoré, c’est-à-dire jusqu’au procès et jusqu’à la condamnation des gendarmes, la ligne de conduite que nous avons adoptée. Nous n’allons pas nous écarter de ce chemin. Au contraire, notre action doit être encore plus déterminée. La vérité, nous la connaissons. Il faut maintenant que le Justice et l’État assument, publiquement, ce qui s’est passé. Le procès doit être exemplaire. Car au-delà du combat pour Adama, c’est un système que nous voulons briser : celui de la machine à fabriquer... [Lire la suite]
08 juin 2017

Socialisme libertaire, les isoloirs, les urnes, un décor en trompe-l'oeil ?

"Les électeurs, indique Socialisme libertaire, ne peuvent rien changer. Le rôle des « politiques » est de nous empêcher de faire de la politique, en nous faisant croire que nous sommes incapables de prendre nos affaires en mains. Cette « élite » sait, mieux que les autres, le chemin à suivre vers les lendemains qui chantent. Bien sûr, pour nous « gouverner », ils doivent disposer d'un appareil administratif et d'un État, dont les fonctions régaliennes (armée, police, justice) leur permettent de surveiller... [Lire la suite]
15 février 2017

Association Autogestion, le réseau REPAS

« Le réseau, nous dit Aurélie Edet, s’est engagé depuis deux ans dans une démarche inédite de compagnonnage. Une réflexion entamée en marge des échanges du réseau sur le recrutement des salariés dans les structures et face à de nombreuses sollicitations d’étudiants ou d’institutions a abouti au début des années 2000 à la mise en place de ce dispositif. Il a pour vocation d’ouvrir le réseau à des personnes qui souhaitent mûrir un projet ou simplement s’évaluer au contact de la réalité et de l’expérience d’autres qui ont fait le... [Lire la suite]
05 février 2017

De l'Etat " moins " au non-Etat

« Au demeurant, conclut le texte, il ne faut pas rêver : je détaille quelque peu mes propositions pour rendre tangible la possibilité d'un État moins, mais je ne puis ignorer que l'histoire future, comme l'histoire passée, sera pleine d'essais et d'erreurs. L'État moins s'expérimentera de diverses manières et, de crises en succès, il progressera peu à peu sur la voie de son propre dépérissement.La réalisation d'une forme d'État moins comme celle qui vient d'être esquissée peut, à elle seule, requérir plusieurs... [Lire la suite]
17 décembre 2016

Véronique Decker, Ecole, l'émancipation collective

« Émancipation. L’objectif de l’école, c’est l’émancipation, indique Véronique Decker, c’est à dire la promesse faite à chaque enfant qu’il pourra rencontrer des gens qu’il n’aurait pas rencontrés avec sa famille, qu’il pourra visiter des lieux dans lesquels il ne serait jamais allé, qu’il pourra découvrir des histoires, des livres, des techniques, des disciplines, des sports dont il n’a encore jamais entendu parler. Chaque fois qu’on remplace l’émancipation collective par la réussite personnelle, on se trompe de chemin... »... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 00:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
05 juillet 2016

Christian Maurel, pour une éducation populaire instituante

« Paroles Partagées, conclut Christian Maurel, a ouvert un chantier d’envergure à la dimension des enjeux de notre temps. Il s’agit maintenant de s’engager résolument sur le chemin qui, peu ou prou, a toujours été celui d’une éducation populaire politique. Pensons aux Cahiers de doléances de 1788-89, au mouvement ouvrier émergent, aux Universités Populaires lors de l’affaire Dreyfus, aux grandes grèves de 1936, à la Libération, aux mouvements sociaux des années 1960-70… Si l’on veut que l’éducation populaire instituée deviennent... [Lire la suite]