29 août 2018

Amado Lebaube, La dialectique contre l’idéologie conservatrice

« Le marxisme, indique Amado Lebaude, est dialectique car il montre le caractère historique et périssable des formes et des rapports sociaux. L’économie politique classique que Marx a critiqué faisait au contraire passer pour éternelles et naturelles les lois de l’économie capitaliste.“Dans sa configuration rationnelle, la dialectique est un scandale et une abomination pour les bourgeois et leurs porte-parole doctrinaires, parce que dans l’intelligence positive de l’état des choses existant, elle inclut du même coup... [Lire la suite]
24 août 2018

Robert Bibeau, le capital mène le monde

« Les camps, indique Robert Bibeau, se dessinent également – et surtout – à partir de l’enchevêtrement des marchés et des actifs d’immenses conglomérats corporatifs. Pour connaitre les alliés des États-Unis dans le camp Atlantique il ne suffit pas d’observer les déclarations courroucées des politiciens larbins européens répliquant à Donald le « dompteur de lions », non plus que de comptabiliser les pays membres de l’ALENA, du CETA ou du Traité Atlantique (OTAN). Il faut surtout faire le décompte des membres des conseils... [Lire la suite]
09 août 2018

Anselm Jappe, Marx, le rôle déterminant des choses et des objets produits

« Depuis quelques décennies, indique Anselm Jappe, c’est souvent le concept de « fétichisme de la marchandise » qui a retenu l’attention des marxistes critiques. Cette expression s’emploie souvent dans le discours ordinaire, mais pour renvoyer de manière vague à une espèce d’adoration excessive des marchandises et elle concerne plutôt la psychologie du consommateur. Chez Marx, le terme de « fétichisme » a une signification bien plus large et plus profonde. On trouve des références au fétichisme dans toute son... [Lire la suite]
07 août 2018

Ian Mac Donald et Mathieu Dupuis, les syndicats et la finance

Mis en ligne le 06 avril 2018 « Créé au début des années 1980, indiquent les auteurs, comme une réponse aux fermetures d’usines et aux mises à pied massives, le FSFTQ est un fonds commun de placement contrôlé par la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ). Il détient 12 milliards d’actifs dont 40 % sont investis dans les marchés financiers et 60 % sous la forme de prêts ou d’investissements minoritaires dans de petites et moyennes entreprises (PME) à capital privé situées au Québec. Alors... [Lire la suite]
06 août 2018

Irène Omélianenko, Pierre-Joseph Proudhon

« Sa vie, indique Irène Omélianenko, avait déjà été intense : né pauvre dans un faubourg de Besançon, il a commencé sa carrière comme conducteur de bœufs à l'âge de 8 ans, puis ouvrier pour aider son père endetté. Ses talents ont été découverts tardivement. Doté d'une bourse, il a étudié avec frénésie pour exercer tous les métiers : typographe, bachelier à 29 ans, patron d'imprimerie, patron ruiné, avocat d'affaires d'une société de bateliers, philologue puis économiste. Élu député, il s'en est pris aux représentants... [Lire la suite]
28 juillet 2018

Daniel MORVAN, Jean-Pierre Bréus, le capitalisme conduit l'humanité à sa perte

« Veuf, indique Daniel Morvan, Jean-Pierre Bréus est père d'une fille de 21 ans, Delphine, qui est n° 28 sur la liste de Nantes Démocratie. Professeur de SVT (Sciences de la vie et de la terre) au lycée Appert, à Orvault, il milite depuis ses 25 ans. « Sincèrement, je pense que le capitalisme conduit l'humanité à sa perte. Et je ne pense pas qu'on puisse « contrôler » le Capital. C'est vouloir contrôler un requin en plein festin. » Reprenons la lecture de la présentation de Jean-Pierre Bréus... Michel Peyret, Bréus,... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
23 juillet 2018

Georges Ibrahim Abdallah, la crise du capitalisme mondialisé

« Seulement, indique Georges Ibrahim Abdallah, peut-être serait-il utile de se rappeler que de nos jours, nous vivons tous sous l’hégémonie du capital mondialisé. Aucun pays ne peut échapper complètement au mécanisme destructeur de cette hégémonie. C’est ce « capitalisme mondialisé » à savoir le capitalisme réellement existant, qui est en crise. Les processus des luttes susmentionnés s’inscrivent dans cette crise. C’est contre ce capitalisme que les communistes et tous les protagonistes révolutionnaires devront vaincre... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 06:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
02 juillet 2018

Robert Bibeau, j'appelle l'exercice électoral une « mascarade »

« Premièrement,indique Robert Bibeau, entre un parti politique de droite, de gauche, ou de centre la phraséologie diffère, mais c’est exactement la même affaire. D’une élection à l’autre, les ouvriers sont à même de le constater. Parfois, un parti de gauche mène une campagne électorale sous un verbiage de gauche, une fois élue, il mène une politique de droite, car il n’a pas le choix, les impératifs économiques subsument les désidératas politiques. L’inverse est aussi vrai. Ainsi, dans mon livre je cite François Hollande qui a... [Lire la suite]
07 juin 2018

Shirley Wirden , Le travail au cœur du projet de société

« Bien sûr, indique Shirley Wirden, il existe d’autres moyens que le travail pour se réaliser et être heureux mais la privation de travail n’a jamais épanoui personne. Il s’agit d’une légende urbaine au service du capitalisme et de la reproduction sociale. Tout le monde n’a pas les mêmes conditions matérielles objectives d’existence, le même héritage familial et ainsi tout le monde ne dispose pas des mêmes possibilités lors de son entrée dans le monde du travail. Dans sa logique actuelle, le système se pérennise par la... [Lire la suite]
30 mai 2018

Jimmy Dalleedoo, la Commune et la semaine sanglante

« La « semaine sanglante », indique Jimmy Dalleedoo, se déroula du 21 au 28 mai 1871. Les représentants du capital allaient massacrer les hommes, les femmes et les enfants à coup d’arme blanches et de mitrailleuse. La « semaine sanglante » fit plus de 20.000 morts du côté des Communards. Il y eut plus de 40.000 arrestations dont plus de 819 femmes et plus de 538 enfants. Ils furent déportés dans le camp de Satory dans lequel ils moururent dans des conditions atroces (calvaire, maladies, travaux forcés, etc…).... [Lire la suite]