13 octobre 2018

Jacques Sapir, [RussEurope-en-Exil] Budget italien : le bras de fer avec l’Union européenne est engagé

12.octobre.2018 // Les Crises [RussEurope-en-Exil] Budget italien : le bras de fer avec l’Union européenne est engagé, par Jacques Sapir La présentation du budget italien est en train de soulever un problème de compatibilité avec les institutions européennes (sur l’ampleur du déficit) ainsi qu’une vive polémique en Italie. Il est désormais clair que l’on va vers une crise d’ampleur entre l’Union européenne et l’Italie. Le ministre de l’intérieur italien et Vice-Premier ministre, M. Matteo Salvini, avait déclaré à la fin du mois de... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 04:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
31 juillet 2018

Keith Jones, le Pentagone combat déjà les forces iraniennes

« Washington a promis de réduire à près de zéro les exportations de pétrole de l’Iran. Elles fournissent la majeure partie du budget de l’État. À ce jour, il a refusé d’accorder des dispenses de sanctions à ses alliés déclarés européens et asiatiques et a, par contre, menacé ouvertement de les exclure du marché américain et du système financier s’ils ne se conforment pas à l’embargo imposé unilatéralement sur l’Iran par Washington. Le Pentagone est déjà engagé dans des combats avec les forces iraniennes. Les troupes américaines... [Lire la suite]
08 juillet 2018

L'HUMANITE, Sécurité sociale, modifier le nom des choses pour les détruire

« Sans doute, indique l'article de L'Humanité, parce qu’il faut parfois modifier le nom des choses pour les détruire : le gouvernement prépare depuis des mois l’enterrement maquillé de la Sécurité sociale. Son travail de sape a démarré dès le premier projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS). Fin 2017, le budget de la Sécu était amputé de 4,2 milliards d’euros, dont 1,2 milliard rien que pour l’hôpital public déjà exsangue. « Alors même que patients, soignants et gestionnaires nous alertent sur l’état critique... [Lire la suite]
20 février 2018

PARIS Gilles, PEDROLETTI Brice, Trump, « la paix par la force »

« Accédant aux demandes du Pentagone, nous dit l'article, aux dépens des conservateurs fiscaux soucieux du niveau du déficit budgétaire – qui va encore se creuser du fait de la réforme fiscale adoptée en décembre –, Donald Trump a fixé le cap faramineux de 716 milliards de dollars, au lieu des 668 milliards prévus initialement pour 2018. Avec pour objectif à moyen terme, selon un expert des questions de défense ne souhaitant pas être identifié, de recreuser un écart qualitatif de vingt ans avec leurs principaux rivaux. Le budget... [Lire la suite]
03 février 2018

Guillaume Pitron, Europe forteresse, des centaines de kilomètres de murs et de barbelés

« Avec, indique Guillaume Pitron, des coûts économiques immédiats pour les contribuables : en renforçant continuellement les moyens d’action de Frontex (l’agence européenne de garde-frontières et garde-côtes), la Commission a fait passer le budget annuel de cette police des frontières de 6,3 millions d’Euros en 2005 à 238,7 millions d’euros en 2016. Plus généralement, les États-membres ont injecté onze milliards d’euros depuis l’an 2000 aux fins de protéger les marges de l’Union [1]. Le résultat le plus flagrant, ce... [Lire la suite]
07 janvier 2018

Keith Jones, les travailleurs iraniens en avant-garde ?

« Et tandis que l’ignare Trump tweete à propos des injustices en Iran, à quel point les travailleurs américains vont-ils considérer différente leur situation par rapport à celle des travailleurs iraniens ? Le mois dernier, alors que le gouvernement iranien présentait un budget qui réduisait les dépenses sociales tout en canalisant de l’argent supplémentaire vers les mollahs, le Congrès américain a récompensé les riches et super-riches par des milliers de milliards de dollars de réductions supplémentaires des impôts. Ces... [Lire la suite]
17 octobre 2017

Alain Lucien Larue, Pour vraiment réfléchir au « politique » de l'affaire AIRBUS

« Dans un article, indique Alain Lucien Larue, intitulé « Et maintenant, voilà les privatisations« , Laurent Mauduit épinglait la « mini-privatisation » à « haute valeur symbolique » décidée par le gouvernement Ayrault. C’est le groupe Safran qui est concerné. Issu de la SNECMA, c’est un bijou de haute technologie leader mondial des moteurs aéronautiques. Le gouvernement a décidé de vendre 3,12% du capital de Safran. Pourquoi ? Parce que l’Etat était pressé d’empocher près de 450 millions... [Lire la suite]
20 juillet 2017

Alexandre Lantier, Macron- de Villiers, les dessous d'une confrontation

"Cette confrontation, nous dit Alexandre Lantier, entre le président de la France et le chef de ses armées souligne l'effondrement croissant des normes démocratiques en Europe. Le militarisme accru de l'impérialisme européen depuis la dissolution de l'URSS par la bureaucratie stalinienne en 1991, conjugué à la montée des inégalités sociales et des tensions de classe, ont largement renforcé la position politique des armées. Les armées européennes ont non seulement rejoint des guerres néo-coloniales en Afghanistan, en Irak, en Libye, et... [Lire la suite]
05 juillet 2017

ICAN France, La France et le traité d'interdiction des armes nucléaires

« En dépit de son engagement, nous dit Ican France, à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives au désarmement nucléaire, la diplomatie française ne participera pas à ces négociations historiques. Ce mépris de la France vis-à-vis de cette opportunité unique d’avancer concrètement vers un désarmement nucléaire a récemment été démontré lors de la publication le 24 mai dernier d’un rapport sénatorial qui prévoit entre autre le doublement d’ici 2025 du budget de la dissuasion par rapport à 2013... [Lire la suite]
17 décembre 2016

Paul Monmaur, Réflexion sur la branche santé de la protection sociale

« Le financement de la jeune institution, rappelle Paul Monmaur, assuré par les cotisations des salariés et celles des employeurs reposait donc sur les actifs et non sur l’impôt. Elle était gérée par l’ensemble des partenaires sociaux représentés par les syndicats de travailleurs et les organismes patronaux dans la proportion de ¾ et ¼, respectivement. Les salariés avaient donc la totale maîtrise de la gestion d’un budget égal voire supérieur à celui de l’Etat français. Le régime général donnait droit aux malades, quel que... [Lire la suite]