16 décembre 2017

Frederick Choate et David North, Rabinowitch, la première année de pouvoir des bolcheviques

« À travers tout le livre, nous disent les auteurs, Rabinowitch montre que Lénine et Trotsky avaient une bien meilleure compréhension politique que leurs opposants, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du Parti bolchevique. Quasiment comme un réflexe, cependant, il tente de montrer leurs défauts, qu'ils soient vrais ou supposés. La dureté qu'il perçoit dans le comportement de Trotsky (particulièrement vis-à-vis de Shchatsny) néglige la brutalité qui s’était emparée non seulement de la Russie mais aussi de l'Europe... [Lire la suite]
02 décembre 2017

Serpent – Libertaire, recoudre le fil rouge des révolutions

« Ressusciter les expériences passées, indique l'article, c’est tenter de recoudre le fil rouge des révolutions et reprendre en main une « destinée » qui n’est ni providentielle, ni tracée d’avance. Contrairement à la caricature positiviste du marxisme, illusionnée par le mythe historiciste du progrès, nous savons que l’histoire n’est pas linéaire et que le futur peut aussi pencher vers la « barbarie » et la catastrophe. Mais que l’on perçoive les révolutions comme des « locomotives de l’histoire »... [Lire la suite]
25 novembre 2017

Léonard Vincent, Libye, migrants et marchés aux esclaves

« Toujours est-il, indique Léonard Vincent, qu’aujourd’hui que l’émotion est mondiale, tout le monde cherche à désigner des coupables. Mais que peut-on en dire ? D'abord, que cette barbarie est avant tout le fruit pourri d’un écosystème qui commence dans les villes d'Afrique, qui va jusqu'aux bureaux de vote des pays européens, en passant par les dynamiques internes des pays de transit, comme la Libye. D’un côté, on connaît les causes de départ : la misère, l'oppression, les conflits, le dérèglement climatique, et... [Lire la suite]
22 août 2017

Cercle Léon Trotsky, la barbarie prit le visage du fascisme

"Après la crise de 1929, nous dit l'étude, la  barbarie prit le visage du fascisme, et pas seulement en Allemagne, et elle mena à la Deuxième Guerre mondiale. Aujourd'hui, les contradictions de cette société peuvent très bien mener à des catastrophes plus dévastatrices encore, compte tenu des moyens techniques actuels.  Mais nous ne sommes pas des diseuses de bonne aventure. Quelle que soit l'évolution de la crise, même si l'économie se redressait au prix, « simplement » pourrait-on dire, d'un gâchis immense de richesses et... [Lire la suite]
12 août 2017

Bill Van Auken, Trump, déclencher « un feu et une fureur » à partir de la Corée

« Ce qui entraîne, considère Bill Van Auken, la menace d’une guerre mondiale nucléaire est la crise grandissante du capitalisme américain et mondial qui trouve ses origines dans la contradiction insoluble entre l’économie mondiale et la division du monde en États-nations concurrents. Cependant, la même crise du système de profit crée à la fois les conditions objectives et la nécessité politique pour la classe ouvrière de lutter pour sa propre solution révolutionnaire, par la construction d’un mouvement international contre la... [Lire la suite]
08 août 2017

Stathis Kouvélakis, Lénine, Hegel et la dialectique

"Cette atmosphère apocalyptique, indique Stathis Kouvélakis, dont l’écho retentira avec force dans toute la culture de l’immédiat après-guerre (qui naît dans la guerre même : Dada, puis le surréalisme et les autres avant-gardes des années 1920 et 1930), imprègne l’ensemble des contemporains. On peut, aujourd’hui encore, s’en faire une idée à la lecture de la brochure de Junius de Rosa Luxembourg3, l’une des plus extraordinaires de toute la littérature socialiste, dont chacune des pages porte témoignage du caractère inouï de la... [Lire la suite]
01 août 2017

Gérard Briche, sortir du règne de la "barbarie".

"Le problème, indique Gérard Briche, c’est que cette société du travail et ce monde du productivisme fonctionnent de plus en plus mal. A la suite de l’apparition de machines permettant une forte productivité avec peu de travail humain, le mécanisme « tautologique » de valorisation de la valeur en arrive à mettre hors circuit de plus en plus de travailleurs désormais superflus. Crises insolubles, guerres inextinguibles : autant de symptômes d’un règne de la « barbarie » dans lequel les sorties de secours et autres « systèmes D » ne... [Lire la suite]
17 juillet 2017

Bill Van Auken, la crise mondiale du système capitaliste

« Comme l’a souligné le Comité international de la Quatrième Internationale, rappelle Bill Van Auken, dans sa déclaration de 2016, Le socialisme et la lutte contre la guerre :« Les grandes questions historiques soulevées par la situation mondiale actuelle peuvent être formulées ainsi : Comment la crise du système capitaliste mondiale sera-t-elle résolue ? Est-ce que les contradictions qui rongent le système vont entraîner la guerre mondiale ou bien la révolution socialiste mondiale ? Est-ce que l’avenir nous plongera dans le... [Lire la suite]
07 juillet 2017

Marcel Khalifé, j'aime ce qui est avant et après la musique

« J'aime, affirme Marcel Khalifé, ce qui est avant et après la musique. J'aime le silence, avant la vie et la mort. La musique commence par la note du silence et se termine avec le silence. La liberté ? Je l'ai cherchée partout et dans tous mes travaux mais je ne l'ai pas trouvée. La liberté, c'est comme l'impossible mais l'impossible existe... Le bonheur ? C'est l'amour. Vaste mot. Je vis l'amour. Si le monde peut se passer de la guerre, on serait au plus profond de l'Univers... » Reprenons la lecture de l'entretien avec... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 06:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
02 mars 2017

Chems Eddine Chitour, colonisation, une politique de barbarie

« On ne peut mieux résumer, rappelle Chems Eddine Chitour, cette période noire avec les mots de Jaurès citant Clemenceau le 27 mars 1908: «On a tué, massacré, violé, pillé tout à l’aise dans un pays sans défense, l’histoire de cette frénésie de meurtres et de rapines ne sera jamais connue, les Européens ayant trop de motifs pour faire le silence (…). Rien n’est plus contraire aux intérêts français que cette politique de barbarie.» Rappelons nous les enfumades des tribus d’Oued Riah du Dahra en mai-juin 1845. Avec Bugeaud,... [Lire la suite]