05 juillet 2018

Pologne, hier, aujourd'hui

« Au lieu de sushis, indique l'article, des bitki [boulettes  de bœuf]. Plus de portable, remplacé par un téléphone fixe à grand cadran.La vendeuse à l’épicerie ignore tout cela, mais elle sent que nous sommes différents. Elle appelle son collègue à l’arrière du magasin :“Jaska, ces messieurs dames veulent savoir ce qu’on a à vendre aujourd’hui !” [Comme à l’époque communiste, où l’on achetait en fonction de ce qu’il y avait.] ” Tout, et c’est bien là le problème”, répond philosophiquement Jaska, qui... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 01:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
27 janvier 2018

Le Figaro, Alexis Brézet, on a tous en nous quelque chose de Johnny

« Américain, lui ?, interroge Alexis Brézet. Quelle blague ! Prophète en son pays, mais seulement en son pays, Johnny était français jusqu’au bout des santiags. Même son Amérique était un rêve bien de chez nous : son Far West, c’était la Camargue ; c’est à Brétigny-sur-Orge qu’il a tourné son plus beau clip : On a tous en nous quelque chose de Tennessee. Johnny, c’était son public. Son public, c’était la France. La France des mauvais garçons et des jeunes filles de bonne famille, des enfants et des grands parents, des cocos et... [Lire la suite]
10 décembre 2017

Alain Renaud, décès de Johnny, la France d'hier

Ses concerts au fin fond de la France comme dans sa capitale parlent aux oubliés, à la France dite «périphérique», à celle des petits villages, des exclus de la réussite, à ceux «qui ne sont rien». Mais, néanmoins, il est aussi la France d'aujourd'hui, parce qu'il sait utiliser les ressources de la communication moderne. Il crée des spectacles grandioses, toujours plus étonnants dans la mise en scène et le gigantisme comme un défi toujours relevé. En sachant utiliser les techniques les plus sophistiquées. Les Français pleurent plus... [Lire la suite]