08 décembre 2017

Robert Bibeau, le mode de production communiste prolétarien.

« Mais surtout, indique Robert Bibeau, pour les marxistes, le mode de production communiste ce n’est pas la nationalisation ni la planification de l’économie par l’État, non plus que l’équité dans la distribution des marchandises et le capital accumulé. Pour les marxistes le mode de production communiste prolétarien c’est l’abolition de l’économie marchande, de la propriété des moyens de production, d’échange et de communication, c’est l’abolition du salariat, de l’argent, de la bourse et des banques, c’est l’extinction de... [Lire la suite]
18 octobre 2017

Clément Homs, « voilà la société idéale toute faite », une illusion !

« Bref, souligne Clément Homs, il n’y a pas de compromis possible avec l’économie, c’est-à-dire avec le travail comme forme capitaliste du métabolisme avec la nature, et comme médiation sociale entre les humains. Il faut sortir littéralement de l’économie, en inventant d’autres formes de médiation sociales entre nous, que celles du travail, de l’argent, du capital qui branche nos « capacités de travail » sur ses agencements sociaux et ses machines. Pour autant, à la différence de Jacques Ellul, Ivan Illich ou... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
07 octobre 2017

Camille Loty Malebranche, l'idéologie de croissance

« La croissance personnelle, nous indique Camille Loty Malebranche, avec sa pseudo spiritualité où l’argent et le succès dans le monde des instituions les plus douteuses, sont rite et culte sur fond d’idolâtrie et d’effacement de soi pour laisser vivre le système abject et infâme, n’est que décroissance de toute valeur humaine, une échelle à l’envers pour altérer les Valeurs de l’être par des fatras de l’avoir dans une surenchère de prostitution, une auto-simonie annihilante que l’omerta sociale n’ose point nommer ni même... [Lire la suite]
20 septembre 2017

Robert Bibeau, la concentration inévitable du capital...

« C’est ainsi, nous dit Robert Bibeau, que tout naturellement l’argent s’accumule et se concentre entre quelques mains (2000 milliardaires dans le monde) au sommet de la pyramide bancale du capital, non pas par mauvaise foi de capitalistes inconscients, mais par le fonctionnement mécanique du mode de production capitaliste en phase impérialiste. Le capitaliste financier qui n’appliquerait pas ces méthodes de gestion pour valoriser l’argent dont il a l’administration et en faire du capital « rentable » serait écarté de... [Lire la suite]
02 septembre 2017

Marx, Shakespeare décrit parfaitement l'essence de l'argent.

« Shakespeare, nous dit Marx, souligne surtout deux propriétés de l'argent : 1º Il est la divinité visible, la transformation de toutes les qualités humaines et naturelles en leur contraire, la confusion et la perversion universelle des choses ; il fait fraterniser les impossibilités.2º Il est la courtisane universelle, l'entremetteur universel des hommes et des peuples.La perversion et la confusion de toutes les qualités humaines et naturelles, la fraternisa­tion des impossibilités - la force divine - de l'argent... [Lire la suite]
01 août 2017

Aline de Diéguez, les Rothschild, l'argent est le dieu de notre temps

"C’est pourquoi, précise Aline de Dièguez, j’ai privilégié les documents les plus anciens sur les origines de cette " dynastie" , en croisant autant que possible les sources, car j’ai constaté que les auteurs plus récents ont purement et simplement plagié et même recopié des pages entières des ouvrages anciens, notamment l’étude détaillée citée ci-dessus du Comte Corti, même lorsqu’ils se donnent le luxe de le critiquer et le jugent comme « une sorte de somme effroyablement composée, mais surtout précieuse par les... [Lire la suite]
28 juillet 2017

Anselm Jappe, Robert Kurz, la critique de la dissociation-valeur

"Kurz, nous dit Anselm Jappe, assurait dans son livre que l’effondrement des pays de l’Est, loin de représenter le triomphe durable de l’Occident capitaliste, n’était qu’une étape dans le collapsus graduel de l’économie mondiale basée sur la marchandise, la valeur, le travail abstrait et l’argent. Le mode de production capitaliste aurait atteint, après deux siècles, ses limites historiques : la rationalisation de la production, qui comporte le remplacement de la force de travail humaine par des technologies, mine à la base la... [Lire la suite]
25 juillet 2017

Sylvain Rakotoarison, Marx, le capital n'est rien sans l'apport de la force de travail

"Revenons à la précédente description de Marx, nous dit Sylvain Rakotoarison. Il dit que le capital n’est rien sans l’apport de la force de travail : « La transformation de l’argent en capital exige donc que le possesseur d’argent trouve sur le marché le travailleur libre, et libre à un double point de vue. Premièrement, le travailleur doit être une personne libre, disposant à son gré de sa force de travail comme de sa marchandise à lui, secondement, il doit n’avoir pas d’autre marchandise à vendre ; être, pour ainsi... [Lire la suite]
09 mai 2017

Habib Abba-Sidick, Juncker, les Français dépensent trop d'argent

"Cette campagne électorale, nous dit Habib Abba Sidick, n’aura pas permis de prévenir les Français qu’ils sont promis au syndrome grec, tant ces financiers ont hâte d’enclencher la phase du dépeçage laquelle n’a pas tardé à se manifester par la déclaration du président de la commission européenne rappelant à la France le principe des 3 % et des 60 %. «Nous sommes confrontés avec la France à un problème particulier, les Français dépensent trop d'argent et ils dépensent au mauvais endroit», a déclaré Jean-Claude Juncker, le 8... [Lire la suite]
01 mai 2017

Camille Loty Malebranche, capitalisme, ordre économique et idolâtrie de l'argent

"Derrière, nous dit Camille Loty Malebranche, le comportement des mégalomanes de la consommation, des complexés de l’argent, des obsédés avaricieux de l’avoir, des crapules propriétaires de banques, des tueurs à gage, des politicards larbins, des grossières arrogances de bourgeois, du philistinisme immonde des grands possédants, de tous les répugnants flagorneurs; derrière l’exploitation du sud par le nord, derrière la référence intumescente aux institutions de pouvoir et de finance, il y a toujours la grivoiserie... [Lire la suite]