13 août 2017

Galia Trepere, les révélations de l'année 1956

« Cette même alliance contre les peuples, indique Galia Trepere, les dirigeants de l’impérialisme l’avaient conclue à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, avec Staline, à Yalta. Mais, à l’époque, le ralliement de l’ensemble du mouvement ouvrier à la lutte « des démocraties contre le fascisme » en avait masqué le caractère réactionnaire. En 1956, elle se révélait, malgré la guerre froide qui donnait quelque crédibilité à l’antagonisme irréductible opposant deux camps, la « liberté » d’un côté, le... [Lire la suite]
29 mars 2017

Niles Niemuth, Trump et les syndicats

« Leon Trotsky, indique Niles Niemuth, a mis en garde contre le risque d’incorporation des syndicats dans l’État dès le début du CIO (Congrès des organisations industrielles) à la fin des années 1930 et au début des années 1940, dans la période où tous les dirigeants bureaucrates anti-socialistes cherchaient à lier les nouveaux syndicats industriels au président Franklin Roosevelt et au Parti démocrate. « À un certain degré d’intensification des contradictions de classe dans chaque pays et des antagonismes entre les nations, le... [Lire la suite]
25 février 2017

Matthieu Renault, Lénine et les changements révolutionnaires

« La principale erreur de Luxemburg, nous dit Matthieu Renault, aux yeux de Lénine, réside dans son incapacité à faire la « distinction entre deux époques du capitalisme » : la première, révolutionnaire, est celle de l’effondrement du féodalisme et de la formation d’une société et d’un État bourgeois, à la faveur de « mouvements nationaux » entraînant avec eux « toutes les classes de la population » ; la seconde est celle où, l’État étant pleinement développé et « généralement homogène... [Lire la suite]
02 mai 2016

Alain Accardo, là où il y a eu des maîtres, il y a eu des serviteurs

« Là où il y a eu des maîtres, rappelle Alain Accardo, il y a eu des serviteurs, et les maîtres ont toujours eu le pouvoir d’exploiter les serviteurs. Jamais l’inverse.Telle est la structure de base et de longue durée. C’est pourquoi le Manifeste de 1847 soulignait avec raison : « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire des luttes de classes ». On ne sache pas que, depuis, l’histoire contemporaine nous ait fourni des raisons de changer un seul mot de ce constat immémorial, quelque suite que l’on... [Lire la suite]
20 février 2016

David North, les organisations "de gauche" au sein de la politique bourgeoise

« L’antagonisme, indique David North, entre les intérêts sociaux représentés par les organisations petites-bourgeoises « de gauche » – ou plus précisément de pseudo-gauche – et celles de la classe ouvrière devient de plus en plus évident. Comme l’indique la résolution du congrès du PES, ces organisations fonctionnent comme des tendances au sein de la politique bourgeoise. En outre, dans la mesure où l’identité politique des tendances et des partis trouve son expression la plus essentielle dans leur orientation et leur alignement... [Lire la suite]
29 décembre 2015

Raymond Williams, marxisme, institutions et classes sociales

"Dans tout processus culturel, indique Raymond Williams, certains éléments tendent en effet à créer des liens entre les classes qui ne peuvent se résumer à des rapports antagoniques. Certaines institutions culturelles entraînent, presque par définition, des relations positives entre les classes. Dans ce cas, le débat porte sur le rôle de l’institution, la nature de ce qu’elle propose comme contenu ou comme programme, et ainsi de suite. Il est alors toujours possible de méconnaître, dans l’étude de ces processus culturels, l’importance... [Lire la suite]
08 décembre 2015

Miguel Abensour, la démocratie contre l'Etat

Dans le sillage de Rubel, l’un des principaux axes de recherche d’Abensour vise effectivement à « arracher Marx au marxisme » afin de retrouver le projet politique initial de l’œuvre marxienne. Dans La démocratie contre l’Etat, Abensour met en évidence un « antagonisme essentiel entre la démocratie et l’Etat, la vraie démocratie […] allant de pair avec la disparition de l’Etat politique. La Critique du droit public de Hegel, texte exigeant et complexe de Marx, définit « la vraie démocratie » comme... [Lire la suite]
06 octobre 2015

L'anarchosyndicalisme et l'abolition de l'Etat

« L’apparition de l’État signe bien sûr la mort des sociétés communistes primitives  : division de la société en classes antagonistes, apparition du travail aliéné, de la marchandise, des villes… et en corollaire effondrement des anciennes valeurs remplacées par celles qui dominent toujours dans nos sociétés : culte du pouvoir, de la propriété, de la richesse, de la croissance, exacerbation de la concurrence….L’État est donc à la fois le « marqueur » de la division politique de la société dominants/dominés (la... [Lire la suite]
28 septembre 2015

Jacques Rancière, les chemins dialectiques de l'école de la fabrique...

« Mais peut-être, indique Jacques Rancière, est-il question de quelque chose de plus essentiel dans le va-et-vient entre l’inadéquation à soi de l’État capitaliste et l’adéquation à soi des sexes et des classes d’âge auquel condamne la poursuite infinie d’une introuvable « nouvelle composition de classe ». Car cette recherche c’est aussi la tension perpétuelle du retour du courant opéraiste vers sa tendance indéfiniment contrariée : celle qui proclamait naguère la nécessaire « lutte de la classe ouvrière contre elle-même comme... [Lire la suite]