02 septembre 2018

Capitalisme, une classe dotée et une classe dotante

« Évidemment, indique l'article, les capitalistes ne se vivent pas comme des pilleurs : le commerce n'est-il pas légal, et le travail ? ... Ils ont amalgamé loi, économie, politique et morale, par quoi ils se sentent parfaitement légitimes : bloc pervers. Devant eux, le marxisme est un outrage aux bonnes mœurs, surtout quand ses seuls représentants, évidemment, furent hélas des étatismes dogmatiques réactionnaires de propagande "communiste". Mais il y a absolutisme financier de l'actionnaire, du banquier et de... [Lire la suite]
28 décembre 2017

Ricardo Mella, les révolutions sont les points culminants de l'évolution

« La révolution, indique Ricardo Mella, est un absolutisme inévitable, absolutisme des lois naturelles, sans lequel le progrès serait vide de sens. Une montagne, une éruption volcanique surgissent soudain au milieu de la mer à cause d’un absolutisme de la nature, une révolution de la matière. De semblables révolutions changent également la société sans qu’aucune force et aucun obstacle ne puisse l’éviter. La vie humaine justifie, donc, pleinement la vérité selon laquelle les rénovations sont une nécessité de la loi générale de... [Lire la suite]
26 janvier 2016

Gheorgi Plekhanov, pour la victoire du mouvement révolutionnaire russe

« Vous connaissez tous , indique Gheorgi Plekhanov, le rôle de l'absolutisme russe dans l'histoire de l'Europe occidentale. Gendarmes couronnés, les tsars de Russie ont tenu pour leur devoir le plus sacré de protéger et de défendre la réaction européenne aussi bien en Prusse qu'en Italie ou en Espagne ; ce serait vain bavardage que de parler ici du rôle que Nicolas I°, par exemple, a joué en 1848 et 1849. Il tombe sous le sens que le renversement de l'absolutisme russe équivaut à la victoire du mouvement révolutionnaire... [Lire la suite]
20 janvier 2016

Gheorgi Plekhanov, pour la victoire du mouvement révolutionnaire russe

« Vous connaissez tous , indique Gheorgi Plekhanov, le rôle de l'absolutisme russe dans l'histoire de l'Europe occidentale. Gendarmes couronnés, les tsars de Russie ont tenu pour leur devoir le plus sacré de protéger et de défendre la réaction européenne aussi bien en Prusse qu'en Italie ou en Espagne ; ce serait vain bavardage que de parler ici du rôle que Nicolas I°, par exemple, a joué en 1848 et 1849. Il tombe sous le sens que le renversement de l'absolutisme russe équivaut à la victoire du mouvement révolutionnaire... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
18 janvier 2016

Lénine, Engels et la conception matérialiste du monde

« Si tout se développe, écrit Lénine, si certaines institutions sont remplacées par d'autres, pourquoi l'absolutisme du roi de Prusse ou du tsar de Russie, l'enrichissement d'une infime minorité aux dépens de l'immense majorité, la domination de la bourgeoisie sur le peuple se perpétueraient-ils? La philosophie de Hegel traitait du développement de l'esprit et des idées; elle était idéaliste. Du développement de l'esprit, elle déduisait celui de la nature, de l'homme et des rapports entre les hommes au sein de la société. Tout en... [Lire la suite]
09 janvier 2016

Frédéric Viale, Vème République, un trou noir pour la démocratie !

« Le fonctionnement réel de la Vème République en France, estime Frédéric Viale, est un trou noir pour la démocratie. Ce système essoufflé, qualifié de semi-présidentiel par certains constitutionalistes est un système absolutiste, au sens premier du terme : un homme (ou une femme) providentiel sort du chaudron médiatico-politique tous les cinq ans, devient président et à partir de là, tout dépend de lui (ou d’elle). Un parlement godillot, des partis politiques godillots, une superstructure administrative et technocratique... [Lire la suite]
23 décembre 2015

Pierre Sommermeyer - René Berthier - Octobre 1917

"Quand les bolcheviks prennent le pouvoir, indique Pierre Sommermeyer, en octobre 1917, ils se situent d’emblée dans la continuité de l’autocratie et de ses pratiques séculaires : ils liquident leurs oppositions et distribuent quelques parcelles de terre aux paysans dans le seul but de les maintenir dans leur traditionnel état de dépendance. L’erreur - très répandue au demeurant - consiste à croire que les bolcheviks auraient été, in fine, des révolutionnaires qui auraient mal tourné. La thèse, pourtant, ne tient pas, car elle confond... [Lire la suite]