17 septembre 2017

Georges Gastaud, l'euro-austérité et la casse thatchérienne

« Cette casse sociale à la Thatcher, constate Georges Gastaud, s’accompagne d’une casse géante de la NATION, ce qu’hélas, continuent à ignorer nombre de dirigeants de la gauche politico-syndicale établie, et pour cause : c’est au nom de la « construction européenne » supranationale, de l’euro-austérité parrainée par Merkel au nom de la monnaie unique (c’est-à-dire de l’alignement du franc sur le Deutsche Mark, bien plus « fort »), du Traité de libre-échange transatlantique (« TAFTA ») qui va... [Lire la suite]
09 mars 2017

Dans nombre de pays, les acquis fondamentaux des femmes sont attaqués

« En France, nous dit l'Appel, ce sont les acquis du CNR, Sécurité sociale, retraites par répartition, Code du travail, nationalisations industrielles, conventions collectives nationales de branche, statuts publics, tout ce qui fut mis en place en 1945/47 par les ministres communistes, qui sont furieusement attaqués par les peu recommandables Fillon, Macron, Hollande et Cie. Dans nombre de pays ce sont les acquis fondamentaux des femmes comme le droit à l’IVG, le mariage civil, l’égalité dans le couple, sans parler du principe... [Lire la suite]
09 octobre 2016

RPS-FIERS, pour un nouveau CNR

« Tous les 6 mois, nous dit la lettre, les Recommandations de Bruxelles arrivent sur le bureau du chef d'état qui est chargé, coûte que coûte, de les faire appliquer (loi travail). De plus, la France est obligée d'emprunter aux banques privées à un taux prohibitif depuis la loi de 1973, et est privée de politique monétaire depuis l'apparition de l'euro. Le parlement français n'est plus maître du budget du pays ni de ses lois et nous sommes rentrés sous le commandement de l'OTAN. Autrement dit, la France n'a plus de pouvoir... [Lire la suite]
06 décembre 2015

Alain Badiou, ce qui est arrivé le vendredi 13 novembre

« Mais cette nostalgie du programme réformiste de la fin de la guerre, indique Alain Badiou, oublie qu’à l’époque, premièrement on sortait d’une guerre mondiale, deuxièmement la bourgeoisie collaboratrice n’osait pas se montrer, et troisièmement, il y avait un puissant parti communiste. Aujourd’hui, rien de tout cela n’existe. Et la nostalgie du programme social du CNR est une rêverie complètement décollée de la victoire subjective spectaculaire du capitalisme mondialisé. Cette victoire a fait qu’en un temps assez court, entre... [Lire la suite]