10 janvier 2017

Robert Charvin, " drôle-de-gauche " et social-démocratie politicienne

« Ce petit monde, nous dit Robert Charvin, fervent adepte de la « démocratie du bavardage », admirateur de l’American Way of Life, pétri du « rêve américain », promoteur d’une pseudo « modernité » et d’un soi-disant dynamisme « innovateur » contre tous les « archaïsmes » (comme a pu y croire Max Gallo, par exemple, avec le Mitterrandisme), prétend vouloir la révolution (permanente si possible) sans la vouloir vraiment, promeut « l’engagement » citoyen mais sans prendre... [Lire la suite]
12 juillet 2016

Denis Sieffert, Hollande et Valls, quelle légitimité ?

« Quand le Premier ministre, expose Denis Sieffert, décrète contre la majorité du mouvement syndical, contre les députés et contre l’opinion publique que cette loi est « bonne pour le pays », de quelle légitimité se réclame-t-il ? Pas de celle de François Hollande en tout cas, qui n’aurait jamais été élu s’il avait promis à ses électeurs le démantèlement du code du travail. Ce sont précisément ces coups de force qui font les Brexit. Aucune société ne peut vivre sans alternative, sous le joug d’une idéologie exclusive. Or, comment... [Lire la suite]
07 janvier 2016

Gaël Brustier, qui, ou comment, faire vivre l'héritage de Gramsci

« Il démontre ensuite, nous dit Olivier Nobile, comment la gauche social-démocrate française et européenne s’est littéralement sabordée en substituant à la réflexion la « communication, dont l’alpha et l’oméga sont la prise de décision ». Cette même gauche qui n’a pas su comprendre l’enjeu essentiel des évolutions majeures née de la post-industrialisation et de la crise financière de 2008 et qui est désormais partagée entre, d’une part, une frange social-libérale à l’encéphalogramme plat dont le projet européen est... [Lire la suite]
29 juillet 2015

Quelle est cette social-démocratie qui a assassiné Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht ?

« Révolutionnaires, nous confirme Jean-Numa Ducange, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht l’étaient assurément. Pour eux comme pour beaucoup de sociaux-démocrates allemands d’alors, la révolution et le socialisme ne sont pas des rêveries lointaines que seules les générations futures pourront accomplir : ils sont à portée de main, du domaine du réel et du réalisable dans les années à venir. Ces militants du XIXe siècle, souvent ouvriers, avaient une « sensibilité à l’histoire, une conscience aiguë de la portée historique de... [Lire la suite]