28 avril 2016

Marx, force de travail et plus-value

« En achetant la force de travail de l'ouvrier, nous dit Marx, et en la payant à sa valeur, le capitaliste, comme tout autre acheteur, a acquis le droit de consommer la marchandise qu'il a achetée ou d'en user. On consomme la force de travail d'un homme ou on l'utilise en le faisant travailler, tout comme on consomme une machine ou on l'utilise en la faisant fonctionner. Par l'achat de la valeur journalière ou hebdomadaire de la force de travail de l'ouvrier, le capitaliste a donc acquis le droit de se servir de cette force, de... [Lire la suite]
06 avril 2016

Marx, la plus-value ou le travail non payé de l'ouvrier

« Rente, taux d'intérêt et profit industriel, nous dit Marx,  ne sont que des noms différents des différentes parties de la plus-value de la marchandise, c'est-à-dire du travail non payé que celle-ci renferme, et ils ont tous la même source et rien que cette source. Ils ne proviennent ni de la terre ni du capital comme tels, mais la terre et le capital permettent à leurs possesseurs de toucher chacun leur part de la plus-value extraite de l'ouvrier par l'employeur... [Lire la suite]
29 mars 2016

Eric Alliez, Antonio Negri, Spinoza au-delà de Marx

« Le livre de Antonio Negri, précise Eric Alliez, est ordonné à cette révolution : la découverte d’un fondement ontologique qui s’identifie avec l’affirmation de la plénitude de l’être productif contre toute médiation transcendantale, contre tout dualisme reproduisant la césure sujet/objet. De la production comme ontologie constitutive. Car l’anomalie sauvage, c’est aussi le paradoxe d’une pensée « naturaliste » qui n’envisage plus le monde comme nature (première) mais comme production (sociale).... [Lire la suite]
28 mars 2016

André Tosel, Marx et Spinoza, et quelques autres...

« Et le texte suivant, indique André Tosel, La Sainte Famille, de 1845, indique même un renversement inattendu de perspective. Loin de chercher en Spinoza le penseur radical de la liberté par la radicalisation du processus démocratique et d’exploiter les thèses de Feuerbach sur les vertus salutaires du naturalisme spinozien, loin de solliciter les éléments anti-idéalistes de Spinoza, Marx pour la première fois se distancie de Spinoza pour le ranger du côté de Descartes, de Malebranche, de Leibniz, de la métaphysique... [Lire la suite]
17 mars 2016

Maximilien Rubel, Marx, le premier théoricien de l'anarchisme

« Mais, nous dit Maximilien Rubel, il suffit de lire son œuvre pour comprendre que, loin de refuser de « penser le politique », il a mis le « politique » au centre de ses préoccupations. Si bien que son Économie est restée inachevée, qu'il n'a pu que péniblement mettre la dernière main à l'unique livre du Capital, alors que l'ensemble de ses écrits historico-politiques, en fait, sa critique du politique, apparaît comme un ensemble relativement achevé. Elle s'impose aujourd'hui à notre réflexion avec plus de... [Lire la suite]
19 février 2016

Maximilien Rubel - 1983 - Les espérances de Marx

« A la lumière des cent années d'histoire qui nous séparent de la mort de Marx, la contribution scientifique de l'auteur du Capital peut être comparée à un miroir grossissant dans lequel l'humanité souffrante qui pense et l'humanité pensante qui souffre - donc l'immense majorité - peuvent déceler le secret d'un destin tragique. Ce secret révélé, c'est la loi économique du mouvement de la société moderne, loi qui préside à l'accumulation du capital d'une part et à l'accumulation de la misère matérielle et morale d'autre part. Au... [Lire la suite]
12 février 2016

Jean-Marie Vincent, Marx, des mises en question de l'économisme

« Les notations, les ébauches d’élaborations théoriques sur ces thèmes sont nombreuses chez Marx, indique Jean-Marie Vincent. Dans le Capital, il parle de la captation des puissances intellectuelles de la production par la machinerie sociale capitaliste, il critique avec beaucoup d’acuité la fétichisation des formes sociales (la chosification des marchandises par exemple) dans les pratiques quotidiennes et dans les pratiques théoriques. Il dé-construit avec beaucoup de virtuosité les catégories de salaire, de profit, de... [Lire la suite]
06 février 2016

Ernest Mandel, Marx, sa fidélité à l'objectif d 'émancipation

« La différence, indique Ernest Mandel, entre la science authentique (y compris le socialisme scientifique) et le positivisme ou l’empirisme purs ne réside pas dans le mépris des données empiriques par la première et dans leur prise en compte par les autres. Elle réside dans le mouvement permanent de la science à rechercher une compréhension qui se caractérise par une cohérence interne, de prendre des données importantes dans leur globalité, en particulier par la découverte de leur structure interne et de leurs lois de... [Lire la suite]
21 janvier 2016

Jan Hoff, Marx, la crise et le processus d'accumulation du capital

« Je suis arrivé à la conclusion, nous dit Jan Hoff, que Marx avait eu raison de ne pas considérer la crise comme un sujet autonome à traiter séparément et « en soi », mais plutôt comme l’envers de l’immense dynamique d’accumulation du capital, comme l’envers de la pulsion du capital à se réaliser au-delà de ses propres limites. La crise n’est rien d’autre que le point de basculement du processus cyclique d’accumulation où l’autovalorisation (Selbstverwertung) de la valeur se trouve confrontée à ses propres limites internes. Le... [Lire la suite]