18 janvier 2018

Pierre Bourdieu, la logique du « deux poids, deux mesures »

« Le fondamentalisme islamique est une réaction extrême mais compréhensible à la situation des états et des peuples arabes et islamiques. La logique qui régit aujourd’hui les univers économiques et politiques, celle du double standard, « deux poids, deux mesures », contribue à ce développement. Je pense que toute personne qui participe d’une manière ou d’une autre, directement ou indirectement, à la vie arabe ou à l’Islam, expérimente chaque jour des atteintes ou des humiliations, en actes, en décisions politiques ou en... [Lire la suite]
09 décembre 2017

Tatiana Pignon, Tamerlan et la constitution d'un immense empire

« Outre l’héritage de Gengis Khan, indique Tatiana Pignon, le mouvement de conquête timouride lancé depuis le khanat de Djaghatay est aussi une réappropriation de l’ambition impériale de l’islam, présente depuis les premiers califes et dont les califats umayyade puis abbasside avaient été l’incarnation. Musulman sunnite pratiquant, ardent prosélyte et fervent combattant de toute « hérésie » (du chiisme notamment), Tamerlan semble avoir voulu refonder un Empire de l’Islam qui, après une longue décadence, avait disparu... [Lire la suite]
23 novembre 2017

Jacques Sapir, le discours identitaire contre la démocratie

« Je renvoie, indique Jacques Sapir, ici le lecteur à deux ouvrages que j’ai écrits. Dans Souveraineté, Démocratie, Laïcité, j’expliquais pourquoi le discours identitaire, qu’il soit porté par les islamistes ou par ceux que l’on appelle « identitaires », était à la fois le produit de la fin de notre souveraineté et le basculement dans un narcissisme qui détruit en fait les bases de la démocratie et de la laïcité. Je montrais aussi comment une certaine gauche, celle qui crie à « l’islamophobie » à tout instant, se fait la complice... [Lire la suite]
20 novembre 2017

Jacques Sapir, l'enfermement dans le communautarisme et le libre-arbitre des individus

« En fait, indique Jacques Sapir, et cela Fatiha Agag-Boudjahlat l’analyse fort justement, nous sommes confrontés à un discours qui racialise les rapports sociaux, mais qui prétend le faire au nom d’une juste combat contre le racisme et les discriminations. Ce discours considère qu’il existe un « être musulman » alors que l’on sait bien que l’islam est multiple et divers. Cet enfermement dans le communautarisme nie le libre-arbitre des individus. Or, on ne voit que trop bien comment cette récusation de la liberté de chacun sert... [Lire la suite]
20 novembre 2017

Islams politiques, Compte-rendu de Enki Baptiste

« Les articles de cet ouvrage, nous dit Enki Baptiste, rédigés par des spécialistes reconnus, se lisent aisément et donnent un aperçu intéressant du paysage complexe des formes d’islamismes politiques dans le monde. Ils sont agrémentés d’encarts biographiques sur les personnages marquants et d’extraits de textes importants, ainsi que d’un glossaire et d’une bibliographie qui donnent des clés fiables au lecteur souhaitant poursuivre ses recherches sur la question. On pourra cependant regretter de ne pas trouver dans l’ouvrage... [Lire la suite]
25 septembre 2017

L'Islam et la cité, Engagements musulmans dans les quartiers populaires

« L’objet de ce livre n’est pas de prendre position dans ces controverses mais de donner à voir ce que font les musulmans quand ils s’engagent dans l’espace public, au nom de l’islam ou dans le prolongement de leur foi. Quels croyants s’investissent pour quels types de causes ? Quelles revendications sont alors mises en avant ? Faut-il y voir des demandes particularistes ou à l’inverse des revendications d’égalité ? Quelles pratiques d’action collective sont alors déployées ? Comment expliquer qu’en dépit de... [Lire la suite]
21 septembre 2017

Saïd Bouamama, dans les crises, la référence à l'islam

« De nos jours, indique Saïd Bouamama, s’il est impossible de comprendre les crises qui secouent des régions entières sans les analyser dans un cadre global, en dehors des interactions qu’elles entretiennent entre elles, il faut cependant remarquer qu’il est un élément commun à bien de ces crises : dans chacune d’elles, il est fait référence à l’Islam, une référence présente dans tous les discours auxquels nous sommes soumis. Que l’on regarde ce qui se dit sur la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan, dans toutes ces situations, on... [Lire la suite]
21 septembre 2017

Dolors Bramon, j'emploie le terme « islam pluriel »

« Il y a autant d’islam, pense Dolors Bramon, qu’il y a de gens qui pratiquent l’islam. Il y a même des personnes qui disent pratiquer l’islam, mais qui selon moi ne le font pas. C’est pour cela que j’emploie le terme “islam pluriel”. De plus, cela est confirmé par le Coran – que les musulmans considèrent comme la retranscription de la parole de Dieu – car l’un des verbes qui y apparaît le plus est “raisonner”, “penser”. Le livre saint invite le lecteur à l’analyser, et par conséquent chaque esprit le lira et l’interprêtera... [Lire la suite]
21 août 2017

Farhat Othman, l'islam n'a jamais érigé la nudité en péché

« Une illégitime tradition rigoriste, indique Faehat Othman, venant d'Orient veut s'implanter en Tunisie pour n'accepter que soient montrées que des parcelles du corps, de l'homme comme de la femme, autorisées par les censeurs de l'apparence supposée islamique, de vrais tartufes se disant musulmans. Car l'islam n'a jamais érigé la nudité en péché à l'instar de la tradition judaïque et la pastorale chrétienne. C'est donc des prescriptions de la Bible, déjà contestées et rejetées chez les siens, que se réclament nos imams qui ne... [Lire la suite]
27 janvier 2017

Jean-Pierre Chevènement, la Fondation pour l'Islam de France

« La laïcité, pense Jean-Pierre Chevènement, est souvent mal comprise. Elle découle de la «liberté d’opinions, y compris religieuses» qui a été proclamée en France, en 1789, par la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen. La France a hésité jusqu’en 1906 pour trouver la bonne formule : la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Auparavant, il y avait eu la tentation d’une religion civile sous la Révolution, puis ensuite avec Bonaparte, le Concordat de 1801 qui mettait l’Eglise en tutelle. Les républicains français ont... [Lire la suite]