09 août 2018

Nick Beam, David Harvey, le capitalisme et ses irrationalités

« Diversement décrit, indique Nick Beam, comme un théoricien social, un géographe matérialiste-historique et parfois un marxiste, Harvey a attiré un large public au cours de la dernière décennie après la crise financière mondiale, grâce à des conférences en ligne sur le Capital et plusieurs livres qui critiquent le capitalisme et ses irrationalités. L’intérêt pour ses écrits et ses conférences, en particulier parmi les jeunes et les étudiants, est une conséquence de l’hostilité grandissante au capitalisme de plus en plus... [Lire la suite]
02 mai 2018

Robert Bibeau, le Canada et le sommet du G7

« C’est dans les arcanes du grand capital mondial, indique Robert Bibeau, que se joue l’avenir de l’humanité et nullement dans ces rassemblements du G7. D’un côté, on trouve une puissance vieillissante – déclinante – surendettée – dont la monnaie est dévaluée – mais qui possède quelques beaux restes telles ses entreprises de plateformes numériques stratégiques, les GAFANATUM ; de l’autre côté une puissance ascendante, atelier du monde entier, en croissance constance, avide de valoriser son capital abondant et son argent... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 03:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
02 avril 2018

Parti Révolutionnaire – Communistes - Communistes Hebdo

« Le mécontentement profond, indique Communistes Hebdo, commence à s’exprimer, nous devons l’encourager.Pour cela, il faut faire beaucoup de politique. Démontrer que les causes de la situation actuelle n’ont qu’une origine. C’est l’existence d’une politique au service exclusif du capital, démontrer la cohérence de cette politique mais aussi et surtout faire nos propositions, les mettre en débat sans rien céder. Le capital a fait ses preuves depuis toujours, il est incapable de résoudre les problèmes sociaux parce que ce n’est pas... [Lire la suite]
04 mars 2018

Alain Deneault, Total, un programme musclé de lobbyisme

« Comme bien d’autres multinationales, indique Alain Deneault, la firme met ici en oeuvre un programme musclé de lobbyisme, lequel ne consiste pas seulement à influencer tel ou tel décideur public sur tel ou tel dossier, mais toute la société, à commencer par les plus influents de ses membres, afin d’imprimer au titre d’une culture générale ce qu’il en est de son discours d’intérêt et du cadre dans lequel elle souhaite évoluer socialement. Présentant sa vision auprès de l’Association des diplômés de Polytechnique le... [Lire la suite]
10 janvier 2018

Les milliardaires, immensément riches, le deviennent plus encore

« Les Etats-Unis, indique Thierry Noisette, sont le pays le plus représenté dans ce classement, observe "Fortune", avec 159 milliardaires dont la fortune a augmenté de 315 milliards de dollars cette année. La Chine compte 38 milliardaires (177 milliards de dollars de plus en 2017), avec en tête Jack Ma, le fondateur d'Alibaba, qui détient 45,5 milliards de dollars d'actifs. Fin octobre, une étude UBS-PricewaterhouseCoopers estimait que pour la première fois, on compte plus de milliardaires en Asie qu'aux Etats-Unis. La Russie... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 00:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
22 octobre 2017

Norbert Trenkle et Ernst Lohoff , délocaliser, est-ce toujours « rentable » ?

« Un rappel, indiquent les auteurs : une marchandise jetée sur le marché mondial représente exactement la même quantité de valeur que toute autre marchandise du même type et de la même qualité. Si, pour sa production, on a employé plus que le temps socialement nécessaire, cet excès de temps est socialement annulé et ne se voit donc pas rémunèré. Si l’on emploie, par exemple, dans un atelier de misère en Chine ou au Bangladesh, cent ouvriers, quand on n’en emploie en même temps, dans une usine high-tech en Allemagne ou au Japon,... [Lire la suite]
18 octobre 2017

Bernard Friot, Il y a un productivisme du capitalisme

« Le productivisme de la société, souligne Bernard Friot, c’est une expression qui est trop vague. Il y a un productivisme du capitalisme, parce que le Capital repose sur la mise en valeur permanente de la propriété lucrative, l’accumulation du capital. Et cette accumulation du capital se fait par l’extraction de la valeur produite par le travail quelle que soit l’utilité sociale de ce qui est produit et quelle que soit l’empreinte écologique de ce que l’on produit. Quand on produit dans cette indifférence-là, évidemment qu’il y... [Lire la suite]
20 septembre 2017

Robert Bibeau, la concentration inévitable du capital...

« C’est ainsi, nous dit Robert Bibeau, que tout naturellement l’argent s’accumule et se concentre entre quelques mains (2000 milliardaires dans le monde) au sommet de la pyramide bancale du capital, non pas par mauvaise foi de capitalistes inconscients, mais par le fonctionnement mécanique du mode de production capitaliste en phase impérialiste. Le capitaliste financier qui n’appliquerait pas ces méthodes de gestion pour valoriser l’argent dont il a l’administration et en faire du capital « rentable » serait écarté de... [Lire la suite]
30 août 2017

Nick Beams, le capital financier dicte ses conditions

« Les institutions financières n’exercent pas leur pouvoir «par la parole», constate Nick Beams, c’est-à-dire en occupant des postes de direction, mais «par la sortie» – la menace omniprésente de retirer des fonds des actions des TGC «si un profit suffisant n’est pas réalisé». Par l’exercice de leur pouvoir sur les marchés financiers, et par la pression exercée sur les conseils d’administration pour qu’ils «créent de la valeur pour l’actionnaire», le capital financier est en mesure de dicter ses conditions. En fait, par ses... [Lire la suite]
08 février 2017

Jean-Claude Michéa, il est vraiment temps de relire le Capital

« Car, indique Jean-Claude Michéa, de même que Debord pouvait ironiser, en 1958, sur l'« amère victoire du surréalisme » - dont le projet transgressif était devenu, selon lui, la norme réelle de la société du spectacle -, il faudrait parler aujourd'hui d'une « amère victoire de la gauche ».Son idéal d'illimitation est en effet devenu le véritable moteur idéologique de l'accumulation du capital - ou de la «croissance» - comme le confirme à chaque instant n'importe quel clip publicitaire («Construisons dans un monde qui bouge»).... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 04:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,