Bonjour,

Tout le monde sur le pont !

Que penser de ce qu’a dit M. Macron hier soir ?

mardi 11 décembre 2018 par l’ANC

Tout au long de son intervention c’était : « Moi je veux " : décidément c’est toujours Jupiter qui parle de la République, alors qu’il se pense monarque !

-L’autoritarisme de l’État est réaffirmé face à la violence, uniquement attribuée aux manifestants matraqués. A aucun moment il n’a évoqué qu’elle puisse s’expliquer par « 40 ans » de choix politiques désastreux pour le peuple, ce qui montre à quel point le ton larmoyant employé ensuite pour parler aux « gens qui ne sont rien » n’est qu’une posture.

-Les annonces faites (SMIC [1], heures supplémentaires, possibilité d’une prime défiscalisée non obligatoire, véritable aubaine pour les entreprises qui en versent déjà une) répondent exactement aux vœux du MEDEF et sont une reprise des mesures Sarkozy. Elles méritent d’être détaillées ultérieurement pour que soit mis au clair l’enfumage qu’elles représentent et leur nocivité.

-De même il convient de noter, comme l’ont fait nombre de manifestants, que ces mesures ne concernent qu’une minorité de gens, et pas les plus démunis : jeunes, chômeurs, handicapés, retraités en dessous du SMIC…

-L’allusion faite à la laïcité (question non apparue sur les ronds-points ) en la liant à la question des migrants, montre à quel point le président de la république reprend à son compte les thèses d’extrême droite.

-Il est à noter ensuite que les mesures annoncées seront financées on ne sait trop comment, (on parle de 10 milliards) par l’impôt, ou la dette, alors que la suppression du seul CICE rapporterait en 2019 plus de 20 milliards au budget !!!

-Évidemment le président n’a pas rétabli l’ISF, ni annoncé la nationalisation des grands groupes, ni la mise en place du ferroutage, le développement des transports en commun ou toute autre mesure de nature à faciliter la transition écologique…qu’il semble avoir oubliée.

-Dans ces conditions, il est important que les organisations syndicales, au premier rang desquelles la CGT, embrayent et donnent par la grève une dimension supplémentaire à l’insurrection pacifique en cours. C’est d’autant plus nécessaire que des exemples récents (Tunisie, Égypte, Sri Lanka…) montrent à quel point la grève générale a été l’élément décisif pour contraindre au recul des gouvernements qui refusaient à leur peuple sa souveraineté populaire.

-La généralisation du mouvement populaire est nécessaire et importante aussi, car hier soir M. Macron a au moins tenu une de ses promesses : il n’a pas changé de cap : à nous de l’y contraindre

Rendez-vous dans les lieux de travail et les rues qui veulent gouverner à partir du 13 décembre !


[1] notre texte sur L’information biaisée d’une augmentation de salaire...par la suppression de la cotisation chômage