Русский  

Fait N° 9

Des traces de la présence arménienne sur ce qui est aujourd’hui le territoire russe remontent au IVème siècle de notre ère, avec notamment l’existence d’une ancienne église arménienne dans un village de la région du sud du Daghestan. Elle est considérée comme le lieu du martyre de Saint Grigoris (le petit-fils de saint Grégoire l’Illuminateur, fondateur de l’Eglise arménienne), qui diffusait le christianisme dans cette région. L’église a été récemment restaurée grâce aux efforts de la communauté locale arménienne. Les « Tcherkessogaï », ou Arméniens parlant le tcherkesse, qui se sont installés dans le Caucase du Nord autour du XVème siècle, attestent également du lien ancestral qui existe entre les Arméniens et la Russie.

Mais la diaspora arménienne telle quelle a commencé à se constituer en Russie au XVIIIème siècle. Cela est dû à la croissance soutenue de l’Empire des Romanov et à l’intérêt que celui-ci suscitait parmi les marchands arméniens, provenant en particulier de Perse, ainsi qu’à une politique de rapprochement des Arméniens, dont les communautés se trouvaient plus à l’ouest, tels que ceux d’Ukraine et de la péninsule de Crimée. Beaucoup d’églises arméniennes se trouvant dans la partie européenne de la Russie datent des XVIIIème et XIXème siècles.

La perle des églises arméniennes de Russie (beaucoup de nouvelles églises ont été construites après la chute du communisme) est sans doute le complexe religieux à Moscou achevé en 2011. Il comprend une cathédrale, une chapelle, un musée, ainsi que d’autres structures supplémentaires. On peut également noter que l’église du nord-ouest dans le complexe de la célèbre cathédrale Saint-Basile sur la place Rouge à Moscou est dédiée à Saint Grégoire d’Arménie. Construite pendant les guerres du XVIème siècle contre le khanat de Kazan, cette église symbolise une victoire particulière dans la série des batailles qui se sont déroulées à cette époque, car elle a eu lieu le jour de la fête de Saint Grégoire. Ce Saint est aussi vénéré dans l’Église orthodoxe.

Depuis l’effondrement de l’URSS, aux anciens Arméniens de Russie sont venus s’ajouter à la fois des citoyens soviétiques qui se sont retrouvés dans un nouveau pays, et de nombreux immigrants en provenance d’Arménie, de Géorgie, ainsi que des réfugiés en provenance d’Azerbaïdjan. Des travailleurs saisonniers venus d’Arménie se sont joints aujourd’hui à une population arménienne en forte croissance. La population arménienne de Russie se concentre en particulier dans la ville de Moscou et dans ses alentours (il y en aurait un peu plus de 150 000 d’après les chiffres du recensement), mais également dans les régions méridionales du pays, c’est-à-dire à Krasnodar, Stavropol et Rostov. Selon les estimations, les Arméniens de Russie formeraient le plus grand groupement d’Arméniens en dehors de l’Arménie. Leur nombre total est compris entre plus d’un million selon les sources officielles et plus de deux millions selon des estimations.

Les Arméniens de Russie sont présents dans tout le territoire de ce vaste pays et même s’ils forment une nouvelle « diaspora » dans l’organisation des communautés , il n’a pas fallu attendre longtemps pour mettre en place des écoles, des journaux et des organismes culturels, ainsi que des églises et des groupes connexes.

Beaucoup d’Arméniens ou de personnes ayant des racines arméniennes jouent un rôle important dans la vie publique de Russie. Il s’agit de représentants politiques, d’artistes et interprètes, de chercheurs et d’athlètes, à l’exemple du champion d’échecs et d’une des figures de l’opposition Garry Kasparov, du ministre des affaires étrangères Sergei Lavrov, de la journaliste Margarita Simonyan, de l’acteur Armen Jigarkhanyan, et du footballeur-vedette et entraineur Nikita Simonyan, entre autres. Les liens politiques et culturels très riches actuellement entre Moscou et Erevan ne font que souligner l’ancrage des Arméniens en Russie.


Références et autres ressources

1. Melvin Ember, Carol R. Ember, Ian Skoggard, eds. Encyclopedia of Diasporas: Immigrant and Refugee Cultures Around the World. Volume I: Overviews and Topics; Volume II: Diaspora Communities. Springer, 2005. pp. 40-41
2. David Zenian. “Moscow: Home of the Largest Armenian Diaspora Community”, AGBU News Magazine, October 1, 2002
3. “Пешком… Москва армянская”. “МАГ ТВ”/“Культура”, 2014. 26 min., 29 s. (in Russian)
4. Yana Martirosova. “Один дом. Дагестанцы вместе с армянами восстанавливают древнюю часовню”, SmartNews, January 9, 2014 (in Russian)
5. Mikhail Manvelov. “Паломники вновь собрались у Армянского Храма IV века в Дагестане”, Yerkramas, August 26, 2009 (in Russian)
6. WorldWalk.info. “Armenian Apostolic Church, Church of St. Catherine (Saint Petersburg)
7. Wikipedia: “Armenians in Russia
8. Wikipedia: “Cherkesogai

 


Titre de l'image

L’église arménienne de St. Catherine, à St. Petersburg, achevée en 1779 (le nom est sans surprise celui d’une certaine impératrice de cette époque).


Source et attribution

Par Elvira Pljusnina (Travail personnel) [CC-BY-SA-2.5], via Wikimedia Commons


Suivez nous sur

Facebook – Twitter – Instagram – Google+


Faits récénts

 

Fait N° 100

... et que le peuple arménien continue de se souvenir et de...

 

Fait N° 99

... tandis que les minorités en Turquie sont souvent...

 

Fait N° 98

Des Arméniens continuent de vivre en Turquie…

 

Fait N° 97

Le plus long téléphérique au monde a ouvert en...