L'Orient-Le Jour

Mardi 21 août 2018 | Le Commerce du Levant |Boutique

Le président iranien Hassan Rohani sera auditionné par le parlement le 28 août pour répondre aux questions sur la manière dont son gouvernement gère les problèmes économiques que rencontre la république islamique après le rétablissement des sanctions américaines. "Il a été établi que la session parlementaire consacrée aux questions au président se tiendra le 28 août", a déclaré le député Assadollah Abbasi cité par l'agence de presse parlementaire Icana.

C'est la première fois que le parlement convoque ainsi Hassan Rohani, président modéré, qui est pressé par les "durs" du régime de réformer son gouvernement.

Quelques heures plus tard, le vice-président iranien en charge des relations avec le parlement, Hosseinali Amiri, a annoncé via l'agence Irna "qu'aucune date n'avait été fixée" pour une telle intervention devant les élus. Cette tension politique résulte de la décision de Donald Trump de sortir de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en juillet 2015 et de rétablir des sanctions contre l'Iran.



Les députés entendent interroger Rohani sur la chute du rial iranien qui a perdu plus de la moitié de sa valeur depuis le mois d'avril ainsi que sur la faiblesse de la croissance économique et la hausse du chômage. "Il s'agit d'un moment difficile pour notre économie mais nous ne sommes pas dans une impasse", a commenté le vice-président Eshagh Jahangiri cité par l'agence de presse Irna. "Ce pays a beaucoup de ressources humaines et naturelles sur lesquelles il peut compter. La taille de nos ressources pétrolières et gazières est la plus grande du monde. Concernant les minerais et les métaux, nous sommes dans le top 10 des pays", a-t-il ajouté.

Les sanctions américaines imposées en août visent le commerce de l'or et des métaux précieux, les achats de dollars sur les marchés et l'industrie automobile.

Donald Trump a dit qu'il imposerait un nouveau train de sanctions en novembre en visant les exportations pétrolières iraniennes.

À la une

Retour des réfugiés syriens : Bassil rejoint Moscou face à la communauté internationale

Sandra NOUJEIM