AFFAIRE BENALLA (2): LA RUMEUR POLICIERE LE PRESENTE COMME L'AMANT DE MACRON

Posted: 23 Jul 2018 02:14 PM PDT

 


http://www.jovanovic.com

 

Allez, mettons les pieds dans le plat puisque aucun média n'a osé formuler ce qui se dit vraiment dans le milieu policier (et même dans la presse parisienne), et en particulier dans les services de protection.

Voici le cas de Libération (groupe Drahi Altice comme BFM): "Maintenant c’est Libération qui, à son tour, bénéficie de l’aide providentielle de « Gorge Profonde ». Il faut lire attentivement l’éditorial que Laurent Joffrin consacre à l’affaire. Il note – et c’est l’évidence » - qu’Emmanuel Macron est protégé par des dizaines de policiers spécialisés. Quel besoin avait-il d’un Alexandre Benalla ? Sauf à ce qu’il rende des services particuliers... 

Une preuve parmi d’autres : le boulet de l’Élysée habite dans une résidence appartenant à la présidence de la République. Une autre preuve : il accompagne toujours Macron dans ses déplacements privés, à la mer, à la montagne...
". Bref les allusions sont... lourdes et macron aura beaucoup de difficultés à s'en défaire. Voici un an, le Telegraph de Londres avait rappelé les propos de Frédéric Mitterrand: "French former culture Frederic Mitterrand has suggested that President Macron fired the head of state radio to end rumours the pair had a homosexual affair", lire ici.

 

Un policier des "services": "depuis plus d'un an je n'entends que ça... les collègues en parlent à mots couverts, mais là, vu tous les privilèges que Macron a donné à Benallia, ça dépasse l'entendement! C'est même du jamais vu, vu qu'il n'est ni un ex du GIGN, ni de la PN, ni des CRS, ou même militaire. De plus, ce petit cowboy a jeté le discrédit sur tous les policiers".

 

Un autre policier m'a expliqué, à propos de la vidéo, "si j'avais fait seulement le quart de ce qu'il (Benalla) a fait, je serais au trou." D'autres policiers se sont exprimés sur les réseaux sociaux, en particulier à propos de la voiture donnée à Benalla, une Renault Talisman "version police" avec des lumineux bleus installés derrière la calandre: "On roule dans des voitures qui ont 300.000 kms au compteur, et lui qui n'est même pas sorti d'une école de police ou gendarmerie, à droit à une voiture neuve. On se sent insultés, on est clairement des sous-fiffres pour l'Elysée, des moins que rien".

 

Sur le même sujet, un gendarme m'a confié: "j'ai une voiture tellement pourrie que je ne peux poursuivre que des vélos, tellement j'ai peur qu'une roue puisse me lâcher en cours de route."

 

Si vous regardez les tweets ci-dessous, vous allez voir qu'il n'y a pas que les policiers qui associent "intimement" Benallia à Macron (notez ma diplomatie). C'est aussi le cas sur les réseaux sociaux et le mariage annulé de Mr Benalla (ex collaborateur du groupe de sécurité Marocain avec la député En Marche Aurore Bergé (alias "Girouette" parce que ex-Sarkozy, ex-Juppé, ex- JF Poisson, ex-Natkalie Kozkuzio, ex-Fillon et même ex-président Raymond Poincaré et dernièrement pour Macron) et surtout mêmbre très actif du groupe parlementaire d'amitié France-Israel. Je ne peux hèlas vous rapporter ici ce que j'ai entendu à propos de cette cérémonie...

 

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com

 

Benalla avait les clés de la villa du Touquet de Brigitte et Emmanuel Macron

Posted: 23 Jul 2018 02:10 PM PDT

 


Un proche d'Emmanuel Macron confie à « L'Opinion » qu'Alexandre Benalla « vivait dans l'intimité du couple présidentiel », confirmant sa proximité avec le président.


Jusqu'où allait la proximité entre Emmanuel Macron et Alexandre Benalla ? C'est une question à laquelle devra répondre le président de la République, alors que s'enchaînent les révélations sur son ancien collaborateur.

Depuis les révélations du Monde sur sa présence lors des manifestations du 1er mai, Alexandre Benalla apparaît de plus en plus comme un émissaire de l'ombre d'Emmanuel Macron et surtout un proche parmi les proches.

Il a obtenu de nombreux privilèges, que son statut de collaborateur ne justifiait pas. Le Parisien révélait il y a quelques jours qu'Alexandre Benalla bénéficiait d'un logement de fonction depuis le 9 juillet quai Branly, une annexe de l'Élysée, et un badge lui donnant accès à l'ensemble des locaux de l'Assemblée nationale.

Le quotidien révélait également que son traitement mensuel avoisinait les 10 000 euros mensuel et qu'il possédait une voiture de fonction.

« Il avait un statut réel auprès du président »

L'Opinion confirme ce lundi 23 juillet qu'Emmanuel Macron plaçait une grande confiance en son collaborateur, allant jusqu'à lui confier les clés de la villa du Touquet, dont sa femme est propriétaire.

Une résidence secondaire et familiale qui tient de l'intime et dans laquelle le couple se rend régulièrement. C'est ce que confie au quotidien un proche d'Emmanuel Macron : « Ses compétences ne sont sans doute pas la bonne explication : Benalla avait des fonctions subalternes, mais il vivait dans l'intimité du couple présidentiel.

Il a donc eu à connaître des choses qui font qu'il avait un statut réel auprès du président, bien supérieur à son statut sur le papier. » Alexandre Benalla a en effet été de tous les voyages du couple Macron : il était présent lors de leurs vacances à Marseille en août 2017, mais aussi pendant leur séjour à La Mongie, dans les Pyrénées, en décembre 2017.

Une personne ayant contribué à la campagne d'En marche ! est allée dans le même sens auprès de L'Opinion, expliquant que « Macron a dix mecs autour de lui dans lesquels il a toute confiance, et c'est tout » : « Et côté vie privée, lorsqu'il s'agit de Brigitte, de ses petits-enfants, de ses amis, etc., il est hyper méfiant, pour ne pas dire parano.

Il ne veut pas faire les sacrifices auxquels ont consenti ses prédecesseurs ni retrouver sa vie privée à la une de Closer comme Hollande. » Ces différentes révélations sur le traitement confortable d'Alexandre Benalla interpellent et font s'interroger certains proches du président sur les connaissances de son ancien collaborateur.

Source : http://www.lepoint.fr

Nouvelle révélation : Alexandre Benalla aurait été habilité «secret défense»

Posted: 23 Jul 2018 02:10 PM PDT

 

 

Le magazine Le Point révèle une nouvelle donnée dans l'affaire Benalla : le jeune membre du cabinet présidentiel mis en difficulté depuis le 18 juillet pour ses agissements violents le 1er mai aurait été habilité «secret défense».


Selon les informations publiées par le magazine Le Point ce 23 juillet, Alexandre Benalla aurait été habilité au titre du secret de la défense nationale, après enquête menée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Cette information aurait été confirmée par ce même service à l'hebdomadaire. Selon cet article, ce serait la hiérarchie d'Alexandre Benalla (à savoir le cabinet de la présidence) qui aurait effectué cette demande auprès de la DGSI.

Le Point souligne que cette enquête aurait été particulièrement poussée «dans la mesure où Alexandre Benalla est d'ascendance étrangère, avec un père originaire du Maghreb».

Les vidéos montrant Alexandre Benalla, un proche collaborateur du président de la République Emmanuel Macron, en train de frapper et malmener des manifestants le 1er mai à Paris alors qu'il accompagnait les forces de l'ordre en tant qu'«observateur», tout en portant un brassard et un casque de policier, ont des répercussions politiques de grande ampleur qui durent depuis le 18 juillet, allant jusqu'à paralyser l'Assemblée et le débat de la réforme constitutionnelle. Les débats sur cette dernière ont d'ailleurs été suspendus jusqu'à nouvel ordre.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a été auditionné devant la commission des lois de l'Assemblée nationale, dotée de prérogatives d'enquête sur l'affaire Benalla, ce 23 juillet. Il a déclaré qu'il ignorait qu'Alexandre Benalla était conseiller à l'Elysée avant la révélation de l'affaire dans les médias et qu'il n'avait pas été prévenu de la présence, lors de la manifestation du 1er mai, des deux «observateurs» (Alexandre Benalla et Vincent Crase) avec les policiers.

Les députés de l'opposition ont pressé le ministre de répondre à leurs interrogations concernant le statut d'Alexandre Benalla à l'époque des faits, avant les faits et depuis les faits, jusqu'à la révélation de l'affaire. Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, mais aussi différentes personnalités de La France insoumise ont fait état de leurs soupçons quant à l'existence d'une «police parallèle» autour de la personne du président de la République.

Concernant le statut d'Alexandre Benalla, le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, à son tour auditionné par la commission a parlé d'un «de dérives individuelles inacceptables et condamnables, sur fond de copinage malsain».

Source : https://francais.rt.com