« La retraite par points, indique Jacques Girod, est évidemment une hypocrisie car la valeur du point peut varier, l’objectif est de liquider tous les régimes existants au profit de cette retraite par points. Ce que programment Macron- Philippe avec la retraite par points, c’est un recul social historique. Il faut le combattre. Aujourd’hui comme hier, les travailleurs devront réagir, comme leurs organisations, pour préserver leurs acquis collectifs, leurs retraites. Rappelons sans cesse que ce qu’une loi fait, la rue peut le défaire... »

Reprenons la lecture de l'éditorial de Jacques Girod...

Michel Peyret


Informations Ouvrières n°509

Non à la retraite par points !

mercredi 27 juin 2018 
par  
POI National 

http://www.poivitrolles.fr/local/cache-vignettes/L107xH150/arton5-2bb8b.jpg?1530116227

Non à la retraite par points !


Jacques Girod, membre du bureau national du POI


Le monde du travail a acquis par des luttes un système de retraite que bon nombre de travailleurs dans le monde aujourd’hui nous envient.

La « réforme » des retraites est une nouvelle fois à l’ordre du jour, les gouvernements successifs se sont attaqués à l’âge légal de départ à la retraite pour ensuite diminuer les pensions.

Le gouvernement Macron tente de faire avaler la pilule en avançant l’argument : un euro cotisé donne les mêmes droits.

Ce système d’un euro cotisé ne donnera pas les mêmes droits à tout le monde. Encore un leurre du gouvernement auprès des citoyens, mais ils ne sont pas à une tromperie près.

C'est un vieux rêve gouvernemental et patronal de récupérer l’argent des retraites, de supprimer le Code des pensions civiles et militaires, la CNRACL, les régimes spéciaux, le régime général.

Ces régimes ont été acquis a la suite d’accords ; qui dit accord dit négociations avec contreparties. Revenir sur ces accords, c’est spolier une fois de plus les salariés du privé et du public.

Le CAC 40, lui, est en pleine forme. Des milliards d’euros en hausse : la preuve est faite – si on en doutait encore – qu’il y a de l’argent dans ce pays. Cet argent est seulement destiné aux desseins du capital financier, mais pour cela il faut éradiquer les acquis de la classe ouvrière.

Par la casse orchestrée des hôpitaux et l’exercice des privatisations en cours, ils veulent appauvrir de plus en plus le monde du travail. Aujourd’hui, ils baissent les pensions, baissent le pouvoir d’achat des retraités en bloquant les pensions et en augmentant la CSG sur les retraites.

Selon une récente enquête, plus de 60 % de retraités jugent insuffisante leur retraite ; des retraités sont parfois, quand ils le peuvent, obligés de pratiquer un autre emploi pour survivre.

Par ailleurs, allonger la durée de départ à la retraite alors que la France compte sept millions de chômeurs est scandaleux, quarante années de cotisations c’est terminé, pour des salariés nés en 1973, il faudra cotiser quarante-deux ans et trois trimestres pour pouvoir bénéficier d’une retraite complète.

Lutter pour la défense des retraites, le maintien de tous les régimes existants, c’est la seule solution.

La réforme Fillon a allongé la durée de cotisation pour les fonctionnaires et pour les salariés du privé. La seconde réforme Fillon a supprimé la retraite à 60 ans, reportant le départ à 62 ans, et en 2013 la réforme Hollande-Touraine a encore allongé la durée des cotisations de 41 à 43 ans.

Si le monde du travail ne réagit pas avec ses organisations syndicales, la retraite par points sera une nouvelle étape dans l’entreprise de démolition des conquêtes ouvrières par le gouvernement Macron-Philippe.

La retraite par points est évidemment une hypocrisie car la valeur du point peut varier, l’objectif est de liquider tous les régimes existants au profit de cette retraite par points.

Ce que programment Macron- Philippe avec la retraite par points, c’est un recul social historique.

Il faut le combattre.

Aujourd’hui comme hier, les travailleurs devront réagir, comme leurs organisations, pour préserver leurs acquis collectifs, leurs retraites.

Rappelons sans cesse que ce qu’une loi fait, la rue peut le défaire.